Oui, on peut parler politique aux enfants!

Pas toujours facile de répondre aux questions des enfants sur la politique. Pourtant, en période électorale, il est bien normal que les petits s'intéressent aux élections. Conseils.
Non, la politique n'est pas un sujet tabou en famille, au contraire. Getty Images/iStockphoto

"C'est quoi la gauche? Il sert à quoi le Président? Et la démocratie, ça veut dire quoi? Pourquoi tu n'aimes pas untel ou untel?" Quand Rose, 8 ans, pose ces questions à ses parents, ces derniers ont du mal à répondre. "Il faut trouver les bons mots, être simple sans être simpliste", confie son père.

La politique concerne aussi bien les enfants

Un embarras partagé par bon nombre d'adultes. Il suffit de regarder l'excellente émission Les candidats au tableau diffusée sur C8 pour constater que même les politiques ont parfois du mal face aux plus jeunes. Pourtant, assure Daniel Langlois, auteur de l'ouvrage La politique expliquée aux enfants, (Les éditions de l'Atelier), "la politique concerne les enfants autant que les adultes, elle est de tous les âges, elle est tout simplement la vie, notre vie".

Première condition pour "bien" en parler, "être soi même compétent", estime Denis Langlois: "Les enfants qui s'y intéressent le plus sont souvent issus de familles dans lesquelles la politique est un sujet de préoccupation". Luisa, maman de deux filles, confirme que "le dialogue passe par son propre intérêt et engagement. On regarde le journal et on le commente en famille. On est allés à quelques manifs, nos filles viennent voter avec nous.

Parler de politique à ses enfants peut parfois s'avérer compliqué. Getty Images/Maskot

Egalement très important: parvenir à reformuler en termes simples des concepts qui ne le sont pas. Ce qui parfois peut même aider les adultes à comprendre des notions finalement très abstraites ! Ariane, maman de Hugo, 6 ans, a profité d'une question de son fils sur la différence entre droite et gauche pour "creuser le sujet". Et comprendre que si elle se sentait de gauche, les valeurs de liberté prônées par la droite lui étaient chères aussi. On peut aussi aborder la politique sous un angle plus concret en la rapprochant de sujet qui concernent les enfants dans leur quotidien: le racisme, le harcèlement scolaire, les élections de délégués, le partage, etc.

Enfin, il faut sans doute faire le deuil de l'objectivité totale. Oui, les enfants sont influencés par les opinions politiques de leurs parents. Mais ce qui compte, estime Daniel Langlois, "c'est d'être honnête, en précisant justement que l'on a ses opinions et que tout le monde ne les partage pas. Il ne s'agit pas d'endoctriner l'enfant mais de lui faire comprendre que chacun peut défendre des convictions différentes. Mais aspirer à l'objectivité totale est illusoire". Le principal, conclut-il, est de se rappeler que les enfants sont des citoyens en devenir. Et qu'ils ont le droit d'être informés, comme les adultes.