Une saison culturelle aux nuances colorées !

Si l'Afrique s'offre à nos regards toute l'année, cette saison vibre tout en couleur. Des arts modestes de Di Rosa aux dialogues engagés d'Alain Clément en passant par des peintures, des sculptures ou des images fortes, le Sud fête la vie...
Les couleurs vivants de l'Afrique en avant pour cette nouvelle saison culturelle. Courtesy of The Artist and David Krut Projetcs New York, Johannesburg

La nouvelle saison culturelle apporte le soleil de tous les horizons ! De Paris à Marseille en passant par Sète ou Arles, les expositions célèbrent l'art à travers couleurs et matières. Peintures classiques, sculptures modernes et photographies contemporaines se croisent dans toutes la France. Une saison estivale riche, à dévorer dès à présent et jusqu'au 17 septembre.

Paris croise les héritages

En treize siècles d'échanges, les peuples arabo-musulmans et subsahariens ont tissé des liens étroits, croisant les richesses du Maghreb et du Moyen-Orient. De Dakar à Zanzibar, de Tombouctou à Harar, archéologie, architecture, art contemporain, les oeuvres multidisciplinaires foisonnent via leur transmission par le commerce, l'influence des lettrés, les cultes et rituels, les objets et formes magnifiés par les orfèvres, tisserands... Une culture d'où émergent une leçon de mode en boubous colorés, les pleins et déliés calligraphiés par le peintre et graveur algérien Rachid Koraïchi, les bibliothèques du désert ou Manu Dibango le temps d'un concert. Une Afrique qui décoiffe ! "Trésors de l'Islam en Afrique", jusqu'au 30 juillet. IMA. 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005. Tél. 01 40 51 38 38 et imarabe.org.

Aida Muluneh, "City Life", 2016, Archival Digital print, Edition of 7. Courtesy of The Artist and David Krut Projetcs New York, Johannesburg

Cannes célèbre l'artiste Hayter

Les coulisses d'une oeuvre. Graveur dès 1927 dans son atelier parisien, mais peintre effacé derrière ses recherches, Stanley William Hayter aurait sans doute aimé cette confrontation sur cimaises. Grâce à lui, la génération avant-gardiste du XXe (Miró, Picasso, Masson) s'est adonnée à la couleur ! Réfugié à New York en 1939, il continuera d'initier les plus grands dont Pollock, mais aussi les exilés, Léger ou Duchamp. "Stanley William Hayter ou la métamorphose des lignes", jusqu'au 30 avril. Centre d'art La Malmaison. 47, bd de La Croisette, 06400. Tél 04 97 06 44 90.

Hayter, "L'oeuvre ultime en gravure", 1987-1988, burin, eau-forte et gouge. Hayter, Collection particulière

Céret expose les voyages d'Alain Clément

Les "dialogues" d'Alain Clément. Si le Sud reste sa terre d'élection - il vit et travaille entre ses ateliers de Nîmes et Paris -, Alain Clément voyage beaucoup. Rome, Venise, la Toscane, Le Bernin ont façonné sa peinture "baroque" ; Tanger, son goût pour Matisse ; Monet, Stella, inspiré ses grands formats. Berlin l'attire aussi comme un aimant... Précurseur des mouvements avant-gardistes dans les années 1970, sculpteur affûté à l'échelle monumentale comme aux éditions de petits formats, sa création est multiple. Et dialogue constamment entre peinture et sculpture. Toiles, oeuvres monotypes sur papier, feuilles de carnets, aquarelles, formes travaillées dans l'acier, le bois et le béton éclairent son cheminement. Les amoureux du coin seront sans doute sensibles à ses récentes réalisations à partir des galets ramassés le long du fleuve Tech et à ses derniers carnets de Céret. "Alain Clément", jusqu'au 14 mai. Musée d'Art moderne. 8, boulevard Maréchal-Joffre, 66400. Tél. 04 68 87 27 76 et musee-ceret.com.

Alain Clément, "090C6P", huile sur toile. Pierre Schwartz

Marseille se met à la sculpture

Hymne à la vie. Figurations poétiques, abstractions géométriques, touches vives, lignes rythmées, Quirin Mayer dessine, peint, sculpte, fort d'une énergie démultipliée. Ses toiles en aplats de couleurs, collages et papiers découpés dans des formes ondulantes ou anguleuses, grès chamottés émaillés, pièces en aluminium laqué et Plexiglas projetant ses dessins dans l'espace, confirment son éclatante vitalité. "Quirin Mayer, entre équilibre & harmonie", jusqu'au 4 juin. Musée Regards de Provence. Allée Regards de Provence, 13002. Tél. 04 96 17 40 40 et museeregardsdeprovence.com.

Quirin Mayer, "Sculpture 23", aluminium laqué. ADGP, Paris 2017, Quirin Mayer

La patte Di Rosa s'installe à Sète

L'art populaire autour d'Hervé Di Rosa. On connaît ses bouillonnements intérieurs et son goût du partage. Avec cette exposition plurielle autour de l'art modeste (un courant d'images, d'objets, de formes et de pensées qu'il initie à la fin des années 1980 pour y développer son "musée imaginaire"), l'insatiable découvreur sétois est à son tour surpris, confronté à la mise en lumière d'un "territoire" partagé, défriché sans relâche: art contemporain, brut, sacré, publicité, musique punk, underground. La patte Di Rosa s'exprime avec jubilation et laisse une place de choix au talent des autres... "En toute modestie, l'archipel Di Rosa", jusqu'au 17 septembre. MIAM. 23, quai Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 34200. Tél. 04 99 04 76 44 et miam.org

Hervé Di Rosa, "Around the Eye in One Day", 2013. Câbles de téléphone tressés. Jérémy Laïdi

Montpellier aux couleurs de François Rouan

Les émotions tressées de François Rouan. Contemporain du mouvement Supports-Surfaces dont il restera pourtant en retrait, l'artiste, adepte du tressage, entremêle matériaux, couleurs, motifs, signes à décrypter. Il jongle entre monochromie presque austère, exubérance baroque, derniers travaux inédits, n'ayant de cesse d'enfouir le motif, questionner le corps, offrir des paysages et de séduisantes mises à distance. "5 x 10, François Rouan", jusqu'au 30 avril. Musée Fabre. 39, bd Bonne-Nouvelle, 34000. Tél. 04 67 14 83 18 et museefabre.montpellier3m.fr

François Rouan, "Trotteuses X", 2011-2013. Peinture à l'huile sur toiles tressées, atelier de l'artiste. Pierre Schwartz, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole

Graveson mène la danse

Léo Lelée, peintre des Arlésiennes. Il fut le peintre et illustrateur d'une Camargue rêvée. Aux côtés du poète Frédéric Mistral, il reste l'artisan d'une authentique renaissance provençale. À la beauté des Arlésiennes qu'il comparait dans les plis du costume aux tanagras antiques, on lui doit aussi la représentation biblique de cette terre, des Alpilles à la mer... "Léo Lelée, regard d'un esthète, entre tradition et modernité", jusqu'au 5 juin. Musée Chabaud. 41, Cours national, 13690. Tél. 04 90 90 53 02 et museechabaud.com

Léo Lelée, "Pas de danse", 1937, gouache sur papier. Musée Auguste Chabaud. Laurent Lecas, ADGP Paris 2016

Arles à l'heure de la photographie

Vues d'une collection. Corps, architecture, portrait, le département photo du Réattu poursuit son introspection à travers le paysage. En 130 oeuvres, la diversité des regards y explore une capacité à inventer l'environnement... Montagne Sainte-Victoire hantée par Cézanne, parcs américains fixés par Ansel Adams, banlieue chère à Doisneau, sensualité et nature de Lucien Clergue... L'objectif tranche, découpe, sublime... "Anatomie du Paysage", jusqu'au 11 juin. Musée Réattu. 10, rue du Grand-Prieuré, 13200. Tél. 04 90 49 37 58 et museereattu.arles.fr

Alain Bachelard, "Sans titre", série H202, 2002. Don de l'artiste, 2005. Alain Bachelard