Viande avariée polonaise: 800 kilos retrouvés en France dans 9 entreprises

Au total, près de trois tonnes de viande de bovins malades, abattus dans un établissement polonais, ont été exportées dans 10 pays de l'Union européenne. 
viande découpe
Représentation des morceaux de boeuf selon la découpe traditionnelle en France. (Photo d'illustration) Wikimedia Coommons

795 kilos. C'est la quantité de viande avariée en provenance d'un abattoir polonais qui tuait des bovins malades qui a été retrouvée en France, a annoncé le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume ce vendredi matin. Neuf entreprises sont concernées, mais leurs noms n'ont pas été dévoilés.  

Sur ce total, "150 kilos ont déjà été récupérés" dans les entreprises concernées, que le ministre a décrit sur CNews comme "dupées". Quant aux 650 kilos restant, Didier Guillaume veut croire qu'on "saura où on en est (...) dans la journée". 

"On ne sait pas s'ils sont partis dans le commerce"

"On ne sait pas s'ils sont partis dans le commerce, cela a pu rester dans des frigos", a-t-il dit. Paradoxalement, il estime que "la traçabilité des produits lorsqu'ils arrivent en France marche plutôt bien". 

"C'est une fraude terrible, une fraude économique, une fraude sanitaire d'un abattoir polonais", a-t-il jugé, précisant que le ministère avait appris l'affaire "avant-hier soir" et avait mis "toutes (ses) équipes dessus".

Le scandale a émergé en fin de semaine dernière lorsqu'une émission d'investigation polonaise a dévoilé les images d'un abattoir où étaient tuées des vaches visiblement malades. Il était aussi demandé aux employés d'enlever au couteau des tumeurs, escarres et traces de maladie sur les carcasses, selon les images d'un journaliste qui y a travaillé pendant trois semaines sous couverture et a filmé certaines scènes en caméra cachée. 

Le responsable des services vétérinaires polonais Pawel Niemczuk a déclaré jeudi que "2,7 tonnes ont été vendues à des pays membres de l'Union Européenne": Finlande, Hongrie, Estonie, Roumanie, Suède, France, Espagne, Lituanie, Portugal et Slovaquie.

La Finlande a indiqué avoir importé 250 kg de viande avariée, selon des médias nationaux, et la Slovaquie avoir découvert au moins trois cargaisons que les autorités estiment liées à l'affaire.  

"J'appelle les Etats membres concernés à agir promptement"

"Les listes de distribution sont établies et la marchandise est retirée par l'entreprise qui l'a envoyée", a affirmé Pawel Niemczuk, précisant que la viande était rapidement retirée du commerce et que certains pays l'avaient déjà détruite. 

Le Commissaire européen à la Santé et la sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis avait assuré avant cela être "en contact permanent avec les autorités polonaises" et suivre la situation "de près".

"La priorité aujourd'hui est de retracer et de retirer du marché tous les produits provenant de cet abattoir. J'appelle les Etats membres concernés à agir promptement", a-t-il déclaré dans un communiqué consulté par BFMTV.com, sans préciser les pays concernés. 

Le ministre polonais de l'Agriculture plaide pour un "incident isolé" et a déclaré avoir ordonné un contrôle sanitaire dans l'ensemble des abattoirs du pays. Un discours loin de convaincre les journalistes de l'émission Superwizjer à l'origine du reportage qui a révélé l'affaire. Sur Internet et dans la presse locale, il existe de nombreuses annonces d'abattoirs prêts à acheter de la viande malade à un prix inférieur à des bovins sains, rapportent-ils. Une enquête a été ouverte par le parquet d'Ostroleka en Pologne.