Une patiente se fait greffer les poumons d'une fumeuse et développe un cancer

La donneuse fumait depuis plus de 30 ans mais aucune anomalie n'avait été constatée sur ses poumons lors du premier scanner précédant la greffe.
radio
Radiographie du thorax montrant un cancer probable du poumon (taches claires à droite de chacun des poumons). Wikimedia - Cc

Un don empoisonné. Une femme de 39 ans a développé un cancer après avoir reçu les poumons d’une fumeuse, rapporte la revue Lung Cancer, citée par le blog "Réalités Biomédicales", hébergé par nos confrères du Monde.

Atteinte d’une mucoviscidose depuis sa naissance, la vie de cette patiente était en danger lorsque ses capacités respiratoires se sont mises à considérablement baisser. Son seul espoir, pour s'en sortir, reposait sur le don éventuel d'une greffe. Une chance qui s'est finalement présentée pour elle.

Problème: ses nouveaux poumons provenaient d'une quinquagénaire accro au tabac, et qui avait fumé l'équivalent d'un paquet de cigarettes par jour quasiment tout au long de sa vie. Un tabagisme qui n'avait pu être détecté sur le greffon avant l'opération, aucune anomalie n'ayant été repérée à ce moment-là par un scanner.

Des tumeurs sur les deux poumons

Deux ans après cette chirurgie de la dernière chance, la patiente est admise à l'hôpital de Montpellier avec de la fièvre et une insuffisance respiratoire. Un examen est effectué et révèle des foyers suspects. Des tumeurs s’étendent sur les deux organes. L'unité d’oncologie conclut au développement d’un cancer des poumons qui évolue à une vitesse particulièrement élevée en raison de son traitement immunosuppresseur, administré justement pour éviter le rejet de la greffe.

Développer un cancer après une greffe reste exceptionnel, mais plusieurs cas ont déjà été observés. En avril 2018, une étude de l’American Journal of Transplantation a rapporté le cas de quatre patients européens atteints d'un cancer plusieurs années après avoir bénéficié d'un don d'organes issus d’une même donneuse. La tumeur de la donneuse n'avait pas pu être détectée avant les greffes.