Sexe, âge et mode de vie: ces facteurs qui déterminent si on est un gros ronfleur

Les habitudes de sommeil, l'activité sportive, le lieu où on vit: voilà autant de facteurs qui influent sur nos ronflements, selon une étude réalisée par une entreprise spécialisée dans ce secteur. 
Qui sont les personnes les plus susceptibles de ronfler ? (photo d'illustration)
Qui sont les personnes les plus susceptibles de ronfler ? (photo d'illustration) iStock - Maridav

Ce vendredi 22 mars est la journée nationale du sommeil. L'occasion de s'intéresser à un bruit qui empêche de nombreux français de bien dormir: les ronflements.

L'entreprise Withing, filiale de Nokia spécialisée dans les "objets santé connectés", a analysé les données enregistrées par ses capteurs de sommeil en 2018 sur 25.500 utilisateurs. Et selon elle, certaines personnes sont davantage susceptibles de devenir des ronfleurs... ou des ronfleuses.

Le sexe est en effet un critère primordial: les hommes ronflent nettement plus que les femmes. Cette tendance s'inverse cependant au fil du temps, comme l'illustre l'infographie ci-dessous.

Infographie sur le ronflement selon l'âge et le sexe.
Infographie sur le ronflement selon l'âge et le sexe. BFMTV

L'âge semble encore plus déterminant. La plupart des femmes commencent par exemple à ronfler à partir de 30/35 ans. 

Une bonne hygiène de vie aide à moins ronfler

Il est cependant possible de changer son mode de vie afin de moins ronfler: 

  1. Avoir une activité physique régulière: 40% de ronflements en moins par heure pour ceux qui font 12.000 pas par jour contre ceux qui n'en font que 2000.
     
  2. Ne pas être en surpoids: entre 2,5 et 3 fois plus de chances de devenir un gros ronfleur* si son IMC est supérieur à 25.
     
  3. Ne pas dormir avec des horaires décalées: environ 30% de chances de devenir un gros ronfleur* si on dort l'après-midi.

Une bonne hygiène de vie ne garantit pas de ne jamais ronfler, mais pourra aider à moins ronfler, indique l'étude. 

Le lieu où on vit influence aussi nos nuits

Contrairement à une idée reçue, les gros ronfleurs seraient moins nombreux dans les grandes villes. D'après Withing, "la probabilité d’être un gros ronfleur augmente de 17% lorsque l’on vit dans une zone de moins de 200.000 habitants".

L'entreprise a cependant dressé un classement des profils de ronfleurs dans les plus grandes villes du monde. Résultat: les Romains et les Tokyoïtes sont les plus gros ronfleurs au monde. Les Parisiens sont quant à eux "relativement peu touchés par le ronflement par rapport aux habitants des autres grandes villes étrangères", d'après l'étude.

*Les "gros ronfleurs" sont les personnes qui ont plus de 10 minutes de ronflement par heure et ce au moins 4 jours par semaine.