Santé: la prescription massive d'antalgiques opioïdes inquiète les spécialistes

Les spécialistes alertent sur la prescription massive d'antalgiques opioïdes contre la douleur en France. Ils craignent notamment des risques de mésusage, de dépendance et d'overdoses.
This photograph taken on July 18, 2017, shows painkilling pills which contain codeine in a pharmacy in Quimper, western France. In France Codeine-based medicines will now be available only on prescription, the Ministry of Health announced on July 18 ,
Les médicaments à base de codéine ne seront disponibles que sur ordonnance, avait annoncé la ministre de la Santé le 18 juillet 2018. FRED TANNEAU / AFP

Codéine, morphine, tramadol ou encore Fentanyl. Fin juillet, les spécialistes s'inquiétaient de voir se banaliser la prescription d'analgésiques opioïdes. Plus de 12 millions de Français s'en voient prescrire chaque année, rapportait L'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma) dans le European Journal of Pain 

Pire: un million de personnes est traité avec un opioïde fort, et cet usage aurait explosé entre 2004 et 2017. Le problème? Ces puissants opioïdes sont de plus en plus utilisés pour dissiper des douleurs chroniques, alors qu'ils sont normalement réservés aux patients atteints de cancers. Ils présentent donc des risques de mésusage, de dépendance ou de surdose.

"Auparavant réservée aux patients atteints de cancer, cette molécule peut désormais être prescrite pour soulager, par exemple, les douleurs ostéo-articulaires résistantes aux autres traitements" explique le professeur Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Clermont-Ferrand et directeur de l'Ofma.

La codéine désormais sous ordonnance

"Aujourd'hui, la majorité des patients traités avec un opioïde fort souffrent de douleurs chroniques non cancéreuses. C'est un signal important car c'est dans ce contexte que nous observons le plus de risques de mauvais usage, de dépendance, voire d'overdose" souligne également le professeur.

Les autorités sanitaires françaises avaient déjà appelé les médecins et les pharmaciens à une prise de conscience pour repérer les patients dépendants, même si le système de santé permet de contenir le phénomène. 

En juillet dernier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait retiré de la vente libre les médicaments à base de codéine, après la mort de deux adolescents par overdose.

Aux Etats-Unis, les overdoses aux opioïdes sont devenus la première cause de mortalité chez les moins de 50 ans et deux millions d’Américains en sont dépendants. 42.000 en sont morts en 2017, parmi lesquels la chanteuse des Cranberries.