Quels dangers pour vos médicaments pendant la canicule?

S'hydrater, chercher l'ombre et le frais, éviter tout effort sportif... et faire attention à ses médicaments. BFMTV.com vous explique comment et pourquoi la canicule peut nuire à votre traitement médical.
Image d'illustration - Médicaments et thermomètre
Image d'illustration - Médicaments et thermomètre Pixabay

L'Hexagone est frappé par une seconde canicule depuis lundi, qui devrait durer jusqu'à vendredi. Plusieurs recommandations concernant la santé sont diffusées par le gouvernement: s'hydrater, ne pas être exposé au soleil pendant les heures les plus chaudes, essayer d'éviter les efforts physiques... Mais aussi: "en cas de maladies chroniques ou de traitement médicamenteux régulier, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant ou votre pharmacien".

Outre la plus grande attention portée aux personnes malades en cas de chaleurs extrêmes, l'ANSM (Agence Nationale de la Santé et du Médicament) recommande de prendre aussi garde aux médicaments en eux-mêmes.

"L'exposition à des températures élevées, pour des périodes plus ou moins prolongées, peut avoir une incidence sur la conservation des médicaments, particulièrement ceux nécessitant des précautions particulières de stockage et de conservation", explique l'ANSM sur son site.

Il existe différentes températures auxquelles conserver ses médicaments, comme l'explique l'ANSM: ceux à garder entre +2 et +8°C, ceux à conserver à une température inférieure à 25 ou 30°C et les médicaments à conserver à température ambiante.

Attention à la chaîne du froid

Le premier type de traitement est particulièrement sensible aux changements de températures, et "plus il fait chaud, plus la moindre défaillance peut-être fatale dans la chaîne du froid", explique Yohann Caboni, directeur général et cofondateur de Koovea, entreprise de suivi de températures en temps réel de produits, notamment de garantie de la chaîne du froid. 

Le potentiel immunogène des vaccins ou les anti-venins, qui doivent être conservés entre 2 et 8°C, peut par exemple être altéré en cas d'exposition trop longue à la chaleur. En cas de transport, il faut donc les conserver dans un sac isotherme réfrigéré. 

Ces produits étant habituellement "conservés dans des réfrigérateurs ou des chambres froides, les températures élevées devraient être sans conséquence sur leur stabilité", écrit l'ANSM, précisant toutefois: "s’ils sont utilisés assez rapidement une fois sortis du réfrigérateur".

Chez Koovea, qui s'occupe du suivi de la chaîne du froid pour le transport des médicaments du laboratoire à la pharmacie, il faut être particulièrement vigilant.

"C'est pendant cette période de canicule extrême que l'on se rend compte de la défaillance de certaines chaînes", explique Yohann Caboni à BFMTV.com

Ne pas consommer les produits à l'apparence changée

Les médicaments devant être conservés entre 25 et 30°C peuvent être exposés pendant "plusieurs semaines à une température constante de 40°C", sans être dégradés, assure l'ANSM. Ceux devant être gardés à température ambiante ont, eux, "montré l’absence de dégradation après exposition pendant 6 mois à une température de 40°C". En cas de transport, il est toutefois préférable de les garder dans un sac isotherme.

L'Agence du médicament précise cependant que les médicaments biologiques tels que l'insuline, "se conservent hors du réfrigérateur après ouverture à des températures ne dépassant pas 25°C ou 30°C".

Ces règles de températures des médicaments sont précisées sur leur notice, "à défaut, évitez de les exposer à des températures supérieures à 25°C", explicite le site de l'Assurance Santé Ameli. Il ajoute que les produits ayant fondu sous la chaleur - comme les ovules, les pommades ou encore les suppositoires - ne doivent pas être utilisés. 

Il en va de même pour "tout produit dont l'apparence extérieure est visiblement modifiée. En effet, cette altération de son aspect extérieur pourrait indiquer une modification des propriétés."

Des médicaments à éviter par grosses chaleurs

Certains médicaments sont à éviter parce qu'ils peuvent accentuer les risques liés à la canicule, et nécessitent donc une vigilance accrue. En cas de doute ou de ressenti étrange après avoir pris votre médicament, il faut immédiatement en parler à son médecin.

Les diurétiques peuvent par exemple aggraver la déshydratation, "les médicaments contre la tension et l’angine de poitrine peuvent aggraver une hypotension", "des médicaments pour traiter une épilepsie peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation" ou encore "certains médicaments soignant la maladie de Parkinson, l’incontinence urinaire ou l’allergie peuvent gêner la transpiration" prévient l'ANSM.