Plus vous avez eu d'animaux domestiques enfant, moins vous avez d'allergies selon une étude

Des chercheurs suédois ont étudié plus de 1200 enfants et ont constaté que plus ils avaient eu d'animaux domestiques dans leur foyer avant leur premier anniversaire, moins ils avaient d'allergies quelques années plus tard.
golden retriever
Un golden retriever lors d'un concours canin le 22 février 2016 à New York. Jamie McCarthy - Getty Images North America - AFP

Les animaux domestiques n'apportent pas que du réconfort: ils pourraient bien aussi vous éviter des allergies. Et plus vous avez eu de chiens et de chats quand vous étiez enfant, plus vous êtes protégé. C'est en tout cas ce que suggère une étude publiée mercredi dans le journal scientifique PLOS One.

Au regard de plusieurs études qui mettaient en évidence un lien entre la fréquentation d'animaux domestiques et la réduction d'allergies quelques années plus tard, une équipe de scientifiques suédois s'est demandé si ces constatations était corrélées au nombre de bestioles possédées.

Les chercheurs ont utilisé les données de deux échantillons de population: un groupe de 1029 enfants âgés de 7 à 8 ans, qui ont fait l'objet d'une analyse transversale via un questionnaire, et une cohorte de 249 enfants de 8-9 ans étudiés régulièrement depuis leur naissance sur leur asthme et leurs allergies.

La proportion d'allergiques divisée de moitié entre 0 et 3 animaux

49% des enfants du premier échantillon n'ayant pas fréquenté d'animaux dans leur foyer pendant leur première année présentaient des allergies, rapporte New Scientist. Pour ceux ayant vécu avec un animal, la proportion tombait à 43%, et 24% pour ceux avec trois animaux. Le site d'information scientifique souligne que deux des enfants de l'étude avaient cinq animaux: ils ne présentaient aucune allergie.

Des résultats similaires ont été observés dans le deuxième groupe, même si seuls 68 d'entre eux avaient eu des animaux dans leur foyer avant un an. 21% des enfants ayant vécu avec deux animaux ou plus présentaient des allergies à 8-9 ans, contre plus d'un tiers parmi ceux n'en ayant eu qu'un. Pour les enfants étudiés qui n'avaient pas d'animaux chez eux, le taux d'allergiques grimpait à 48%.

Une étude menée en 2013 nuançait les effets des animaux sur la protection immunitaire des enfants. Etudiant plus de 5.000 foyers californiens et prenant en compte des facteurs sociologiques, les chercheurs avaient remarqué que les différences entre les familles avec et sans animaux disparaissaient. Qui plus est, les familles présentant des allergies pourraient être moins enclines à posséder des animaux, souligne New Scientist.

Des résultats que les scientifiques suédois reconnaissent et mentionnent dans leur publication. Néanmoins, ils opposent deux arguments: une des solutions pour éviter le biais de sélection des familles allergiques est de demander la raison pour laquelle elles possèdent ou non un animal, une autre est d'étudier le nombre des animaux du foyer, comme ils l'ont fait dans cette récente étude.