Plus de noix, moins de viande rouge: les nouvelles recommandations alimentaires

Après trois années d’élaboration, les nouvelles recommandations sur l’alimentation et l’activité physique sont publiées aujourd’hui. Moins de viande rouge, plus de légumes secs… Ces messages feront l’objet d’une vaste communication au printemps.
fruits et légumes, amazon
Selon Amazon, chaque producteur devrait conserver la « maîtrise de son catalogue, de son stock et de sa politique de prix ». Pixabay

Cela fait 18 ans qu’elles n’avaient pas fait peau neuve. Les nouvelles recommandations alimentaires sont publiées ce mardi par Santé publique France, après trois années d’élaboration.

"C’est une grosse révision", assure Anne-Juliette Serry, responsable de l’unité alimentation à Santé publique France. "Ces recommandations s’appuient sur un fonds scientifique, et sur des professionnels pour bien s’assurer qu’elles soient compréhensibles et acceptables".

Aujourd’hui, près de la moitié des adultes français sont en surpoids (17%) ou obèses. C’est également le cas de presque un enfant de 6 à 17 ans sur cinq. Une situation qui stagne depuis 10 ans.

Eviter les objectifs chiffrés

Pour inverser la tendance, et rendre les nouvelles consignes accessibles, les experts ont modifié leur philosophie: il s’agit avant tout d’éviter les objectifs chiffrés pour ne pas décourager les novices.

"On a travaillé différemment. Il y a un premier niveau de recommandations qui n’est pas chiffré, on parle de groupes alimentaires à augmenter, à réduire, ou pour lesquels il faut aller vers. Ce sont des grandes orientations. Et pour ceux qui veulent aller plus loin, on retrouve des recommandations quantifiées comme les 5 fruits et légumes, le poisson deux fois par semaine etc." explique Anne-Juliette Serry.

Dans les groupes d’aliments à consommer davantage, figurent ceux riches en fibres : 

  • Les fruits et légumes
  • Légumes secs (lentilles, pois chiches, flageolet)
  • Les produits céréaliers (comme les pâtes ou le riz complets) 
  • Les fruits à coque (amandes, noix…) non salés

"Beaucoup de personnes vont hésiter à consommer des fruits secs, pensant qu’ils font prendre du poids, qu’ils sont très caloriques et charge de cholestérol. Il faut rappeler aux Français que les amandes, les cerneaux de noix, ont prouvé leur efficacité dans le régime méditerranéen sur la prévention cardio-vasculaire et sur un meilleur équilibre global de la santé. La charge calorique rattachée à ces fruits secs n’est pas celle que l’organisme ingère réellement parce qu’une partie des fibres atténue cette ingestion", détaille Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste.

A l’inverse, Santé publique conseille de réduire:

  • La viande rouge, avec une limite de 500 g par semaine (bœuf, veau, agneau, porc, hors volaille) soit 3 à 4 steaks par semaine maximum
  • Les produits et boissons sucrés
  • Les produits salés
  • La charcuterie, 150 g par semaine maximum
  • L’alcool

Manger équilibrer avec des conserves? 

Malgré leur utilité, le docteur Cocaul redoute que ces recommandations n’atteignent pas ceux qui en ont le plus besoin :

"Je pense que l’impact va être limité.  A mon sens, ces messages s’adressent davantage aux professionnels et aux personnes aguerries à la nutrition. Le problème, c’est toucher les classes sociales défavorisées qui ne suivent pas les recommandations et qui devraient les suivre pour être en meilleure santé. Ce qui aurait été bien, c’est aussi d’introduire la notion qu’il est possible de manger équilibrer avec des conserves, ce qui coûte moins cher que le frais, de dire qu’à la place d’un fruit, peut-être prendre une compote. Bref parler aux patients !", estime-t-il.