Période de grand froid: attention aux risques cardiovasculaires

Alors que le mercure chute, les risques d'accidents cardiovasculaires augmentent pour les personnes qui ont des antécédents cardiaques et les plus de 70 ans. Voici quelques conseils pour vous protéger du froid. 
Le froid revient sur la France. - Justin Tallis - AFP
Le froid revient sur la France dès ce mercredi. - Justin Tallis - AFP

Avec le froid, attention à votre cœur. Alors que 24 départements sont placés en vigilance neige et verglas depuis lundi soir, la Fédération française de cardiologie met en garde: avec cette vague de froid, le risque d’accident cardiovasculaire augmente.

Une baisse de température de 1 degré accroît de 2% le risque d’infarctus du myocarde chez les personnes qui ont des antécédents cardiaques et les plus de 70 ans, selon une étude du British medical Journal.

Eviter les efforts physiques

"Les facteurs de risques sont le tabac, l’hypertension artérielle le diabète et cholestérol, explique à BFMTV Dr Patrick Assyag, vice-président de la Fédération française de cardiologie. Ces éléments peuvent entraîner un dépôt de graisse au niveau des artères du cœur. Lorsque le froid survient, ces dépôts se fragmentent et un caillot risque d’obstruer l’artère coronaire et développer un infarctus."

Il faut donc se protéger du froid car même au repos, le cœur est à l’effort et tente de maintenir le corps à 37 degrés: le myocarde est davantage sollicité, il bat plus vite, la consommation d’oxygène croît et les vaisseaux sanguins se contractent. 

"On ne se rend pas compte que dès que l’on est actif on peut très vite se mettre dans le rouge. Ainsi, les personnes qui ont des antécédents cardiaques risquent de récidiver", ajoute Dr Alain Ducardonnet.

Il est conseillé d’éviter les efforts comme la course à pied et de prendre garde aux changements brutaux de température. Il faut rester attentif aux sensations d'oppression dans la poitrine, aux palpitations, et aux douleur thoracique.

Avec le froid, les microbes prolifèrent

Pour limiter les risques, il convient de se couvrir chaudement, et en particulier les extrémités. Chapeaux, bonnets, gants et grosses chaussettes sont de rigueur. Alain Ducardonnet recommande de privilégier la technique de "l’oignon".

"Accumuler plusieurs fines couches de vêtements permet d’emmagasiner de l’air chaud et protège ainsi du froid", souligne-t-il.

Pensez également à couvrir votre nez et votre bouche avec une écharpe "pour éviter que le froid n'y entre. Cela assèche les muqueuses et favorise l’entrée des virus qui adorent le froid et l’humidité". Enfin, pensez à boire car contrairement aux idées reçues, le froid déshydrate.