Paris: les allergies aux pollens, le calvaire des Franciliens accentué par la pollution

Qui dit arrivée du printemps dit aussi retour des allergies.
Allergies
Allergies aux pollens (PHOTO D'ILLUSTRATION). PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le printemps est enfin là, et avec lui le retour du ciel bleu, du soleil, et des arbres qui bourgeonnent. Un plaisir pour les Franciliens fatigués de l'hiver, mais un calvaire pour les allergiques aux pollens.  

Pour les allergiques, le retour du printemps entraîne toujours le même calvaire: les yeux qui grattent, le nez qui coule et un sentiment de gêne respiratoire. Et pour les Franciliens allergiques, la pollution ne fait qu'accentuer la gêne.

"Quand vous êtes allergiques, vous avez déjà des muqueuses respiratoires sensibles. Quand elles sont soumises à des particules fines, cela les enflamme et les fragilise davantage.  Ainsi, quand les pollens arrivent à leur contact, elles sont abîmées et ça fait davantage de dégâts. C'est vraiment un mélange explosif",  explique le docteur Madeleine Epstein, allergologue à Paris, à BFM Paris.

Diversifier la végétation

Selon l'allergologue, le problème réside notamment dans le peu de diversité de la végétation francilienne. "Le vrai problème en Ile-de-France lié aux pollens d'arbre, c'est le bouleau et les arbres de la famille du bouleau dont les pollens apparaissent de plus en plus tôt et de manière de plus en plus étendu dans le temps", affirme t-elle. "On a planté beaucoup de bouleaux. Si on variait les espèces, on aurait un meilleur équilibre et moins de cas d'allergies uniques."