Les noyades accidentelles ont progressé de 30% lors de l'été 2018

Selon le bilan de Santé publique France dévoilé ce mardi, 1649 noyades accidentelles ont été recensées en quatre mois durant l'été 2018, soit une hausse de 30% par rapport à l’enquête 2015. Des accidents fatals dans un cas sur quatre.
Dans un 1 cas sur 4, les noyades accidentelles se révèlent fatales
Dans un 1 cas sur 4, les noyades accidentelles se révèlent fatales (PHOTO D'ILLUSTRATION) Ina Fassbender - DPA - AFP

Ce sont des accidents fatals dans un cas sur quatre. Et la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.

Les noyades accidentelles, c'est-à-dire les insuffisances respiratoires qui résultent "d'une submersion ou immersion en milieu liquide", ont fortement progressé l'été dernier.

De 436 morts en 2015 à 406 l'été dernier

Selon Santé publique France, 1649 noyades accidentelles (par opposition aux intentionnelles, comme les tentatives de suicide) se sont produites entre le 1er juin et le 30 septembre 2018, contre 1266 en 2015, soit une augmentation de 30% entre les deux enquêtes. Seule bonne nouvelle, le nombre de noyades fatales a régressé: de 436 morts en 2015 à 406 l’été dernier.

Les noyades accidentelles recensées en France lors de l'été 2018
Les noyades accidentelles recensées en France lors de l'été 2018 Santé publique France

28% des victimes ont moins de 6 ans

Si l'âge médian des victimes est de 22 ans, l’augmentation de ces accidents concerne d'abord les moins de 13 ans (338 en 2015 contre 600 en 2018). L'an dernier, les moins de 6 ans ont représenté près d’une noyade accidentelle sur 3 (28%) et un décès sur 10 (9%). Viennent ensuite les plus de 65 ans (22% des noyades mais 35% des décès).

Pour tenter d'expliquer cette progression des noyades, les auteurs de l’enquête mettent en avant "le contexte de fortes chaleurs durant l'été 2018".

44% en mer, 31% en piscine

Quant au lieu des accidents, les noyades se sont produites dans près d’un cas sur 2 en mer (44%), ensuite en piscine (31%), et dans les cours d’eau (22%). Les baignoires et bassins ne représentent que 4% des cas.

Une fois sur cinq, la victime raconte avoir eu un malaise. La consommation d'alcool figure dans 6% des cas.

Le Var, les Bouches-du-Rhône et la Gironde

Autre fait marquant de cette enquête, les noyades concernent tous les lieux et tous les âges. Les départements ayant une façade maritime sont logiquement les plus concernés: avec en tête le Var (143 noyades), les Bouches-du-Rhône (93), la Gironde (93), l'Hérault (92) et les Pyrénées-Orientales (52). Mais c'est dans le Centre-Val-de-Loire, en Corse, en Bourgogne-Franche-Comté, en Bretagne et en Île-de-France que l’on retrouve le plus de noyades mortelles.

Chaque année, dans le monde, les noyades sont responsables de 372.000 morts, dont environ 1000 en France. L'écrasante majorité se produisant dans des pays en développement.