A partir de quand peut-on se considérer en manque de sommeil?

On dort de moins en moins: pour la première fois, le temps moyen de sommeil quotidien des Français est passé sous la barre des 7 heures, alertent des médecins dans un rapport de l'agence Santé publique France publié ce mardi. Son auteur détaille pour BFMTV ce "constat préoccupant". 
sommeil
Un individu au lit - Image d'illustration. Jafsegal - Flickr - CC

C’est un déclin qui préoccupe les médecins: celui de notre sommeil. Selon Santé publique France, nous dormons en moyenne 6h42 la semaine. Damien Léger, l’auteur de l’étude, chef de service Centre du sommeil et de la vigilance de l’hôpital Hôtel Dieu (AP-HP) revient pour BFMTV sur ce "constat préoccupant".

A partir de quand peut-on considérer que l’on est en manque de sommeil?

Professeur Damien Léger: "On peut considérer qu’on est en manque de sommeil dès lors que dans la journée on a des difficultés à rester éveillé, qu’on s’endort de manière involontaire par exemple au volant, qu’on a l’impression d’être fatigué et que le week-end on a besoin de beaucoup plus récupérer qu’une heure ou deux".

L’étude indique que le temps de sommeil a diminué de 10 minutes en 5 ans. La proportion de petits dormeurs est passé de 20 à 36%. Sauf que nous n’avons pas tous les mêmes besoins…

Damien Léger: "En effet, le besoin de sommeil n’est pas le même, notamment en fonction de l’âge. Les nourrissons ont besoin de beaucoup plus de sommeil. Mais en général, chez les adultes, c’est aux alentours de 7 à 8 heures. Et il y a bien sûr des tout petits dormeurs ou de très grands dormeurs, mais ils sont assez rares. En revanche, on peut penser que les personnes plus âgées dorment moins."

Quels sont les risques concrets à trop peu dormir?

Damien Léger: "Chez les 17.000 adultes que nous avons interrogés, 36% d’entre eux dorment même moins de 6h par 24h. Or on sait que dormir moins de 6h dans la semaine est associé à beaucoup de maladies chroniques comme l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, la dépression et le risque d’accidents. Parmi ces adultes, 28% affirment aussi avoir une dette de sommeil (c’est-à-dire un manque par rapport à son temps de sommeil idéal, ndlr) de plus de 2 heures par jour. C’est un constat vraiment très préoccupant quand on connaît les risques de somnolence liée à une telle dette sévère."

N’y a-t-il que des mauvaises nouvelles dans cette étude?

"Si les Français sont en manque de sommeil, certains arrivent à compenser. 27% arrivent à faire la sieste pendant 30 à 40 minutes la journée, et ceci pendant la semaine. Ils sont un peu moins nombreux, 25%, le week-end.