Le risque d'infarctus explose le 24 décembre à 22h

Selon une étude suédoise publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal, le risque d'infarctus du myocarde augmenterait de 37% le soir du réveillon de Noël.
Une étude suédoise observe une hausse de 37 % du risque d'infarctus le 24 décembre au soir
Une étude suédoise observe une hausse de 37 % du risque d'infarctus le 24 décembre au soir iStock

Le risque d'infarctus du myocarde, communément appelé "crise cardiaque", augmenterait de 37% le jour de Noël. Il atteindrait même son pic maximal à 22h le 24 décembre, selon une étude suédoise publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal et relayée par le Figaro.

Pour leurs travaux, des chercheurs des universités de Stockholm, Uppsala, Lund et Orebro se sont basés sur les dossiers médicaux de 283.000 personnes de la base de données SwedeHeart, admises à l'hôpital pour un infarctus du myocarde entre 1998 et 2013. Ils y ont notamment observé que le risque augmentait de façon générale de 15% lors des fêtes de fin d'année et du Nouvel an.

Entre stress et excès

Selon eux les deux pics d'accidents cardiaques ont en effet lieu le 24 décembre - avec une hausse de 37% - et le 1er janvier  - avec +20%. En plus de la période particulièrement stressante, un des facteurs supplémentaire est notamment lié à l'âge, comme l'expliquent ces derniers: "L'association d'un risque accru à Noël est plus prononcée pour les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne."

Les chercheurs suédois émettent plusieurs hypothèses pour expliquer ce double pic de fin d'année. Parmi celles jugées les plus probables, le stress, mais surtout les excès liés "à l'alcool ou l'alimentation" et "à l'exposition aux températures froides et au manque de sommeil".

Difficile cependant d'établir un véritable lien de cause à effet et inutile de se priver des fêtes de fin d'année pour autant. En cas de signes typiques d'une crise cardiaque comme une douleur aigüe dans la poitrine qui irradie le bras gauche, le dos et la mâchoire, il est important de contacter immédiatement les secours (15).

En France, l'infarctus du myocarde touche 120.000 personnes chaque année et fait environ 18.000 victimes selon l'Inserm, qui pour 10% d'entre elles meurent dans l'heure.