Immersion dans la maison de "l'après-cancer" où les patients reprennent confiance en eux

Après les traitements très lourds pour lutter contre un cancer, les malades rencontrent un grand nombre de problèmes dans la vie de tous les jours. C'est ce à quoi l'Institut Rafael a décidé de s'attaquer. Reportage.
Reportage à l'institut Rafael, la maison de
Reportage à l'institut Rafael, la maison de "l'après cancer" BFMTV

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, immersion à l'Institut Rafael. Cela fait deux mois que ce centre unique en Europe a ouvert ses portes à Levallois, tout près de Paris, pour proposer des soins d’accompagnement aux malades du cancer et à leurs proches.

Turban ocre sur la tête, bien maquillée, cela faisait plus de 20 ans que Nathalie Lamberti-Marrocco n'avait pas touché à un pinceau. Mais après 2 ans de traitements pour un cancer du sein - chimio puis radiothérapie - l'art-thérapie est une parenthèse bénéfique pour cette patiente trentenaire.

"On ne se focalise sur rien de ce qui est à la maison, rien de ce qui est dans notre corps et franchement cela fait du bien!", explique-t-elle.

Un centre unique en Europe

A côté d’elle, pendant une heure, une art-thérapeute encadre son travail, tout en veillant à la liberté du patient. "Le patient choisit tout. La maladie souvent enlève de la maîtrise car on est manipulés par les médecins. Et on a l’impression de devenir presque un objet. Là, c’est un moment où on redevient sujet; c’est-à-dire que l'on crée quelque chose, on a la maîtrise de la couleur, de la forme, des mots, de tout!" explique Nathalie Feldman.

Art-thérapie, activité physique, yoga, acupuncture, sexologie... Sur 2200 mètres carré, ce centre unique en Europe propose une prise en charge globale du patient, et non plus seulement de la maladie.

"Si la médecine est techniquement très élaborée, elle est insuffisante pour répondre à de nombreux problèmes: problèmes de sexualité, problèmes psychologiques, la réinsertion sociale. Le retour à la vie quand on a eu un cancer va passer par une prise en charge et un accompagnement qui s'occupe de tous ces problèmes", explique Alain Toledano, médecin cancérologue et fondateur de l’Institut Rafael.

Objectif: accueillir 10.000 patients

Grâce aux contributions de mécènes, ces soins sont gratuits. 200 patients - u proches de patients - en ont bénéficié depuis l’ouverture de l'institut début décembre. Et le fondateur mise sur une croissance exponentielle:

"Notre objectif est d'accueillir 10.000 patients, dont 3500 nouveaux, chaque année."

Pour les accompagner, une cinquantaine de personnels paramédicaux et une vingtaine de médecins. Tout commence par une consultation pour définir le parcours de soins, en fonction de ses besoins: "Des infirmiers vont recevoir les patients, formuler des objectifs, et proposer tous nos ateliers de relaxation, la créativité ou l’accompagnement pour le retour à l’emploi" détaille le fondateur.

Au premier étage, dans la pénombre d’une salle de massage, une autre patiente profite d’une heure de soin de visage avec une esthéticienne spécialiste du cancer.

"Reprendre un petit peu confiance"

"Les patientes perdent confiance en elles et le lien avec la féminité. Là, elles viennent retrouver le sens-même du toucher dans les massages que comprennent les soins hydratants du visage ou du corps. C’est loin d’être une futilité. C’est même nécessaire d’avoir ce réconfort pendant les traitements, tant sur le plan physique que psychologique", détaille Marie Alavoine, onco-esthécienne, en poursuivant les mouvements circulaires sur le visage de Sylvie.

Les yeux fermés, la patiente acquiesce: "Le fait que l’on s’occupe de nous, que l’on réhydrate la peau, c’est très important. Pour l’image, pour la féminité, pour le bien-être. Cela nous permet à nous en tant que malades de reprendre un petit peu confiance".