Hygiène: comment traquer les microbes chez soi

Du pommeau de douche au paillasson, en passant par la tasse à café, le médecin cardiologue et nutritionniste Frédéric Saldmann livre dans un nouvel opus des conseils pour barrer la route aux microbes.
Le médecin Frédéric Saldmann sort un livre ce mercredi où il expliquer comment et pourquoi traquer les microbes chez soi
Le médecin Frédéric Saldmann sort un livre ce mercredi où il expliquer comment et pourquoi traquer les microbes chez soi iStock - PeopleImages

Les microbes se nichent partout et votre domicile n'est certainement pas épargné. Selon le médecin français Frédéric Saldmann, qui publie son nouvel ouvrage, intitulé Vital! ce mercredi, il existe de nombreux moyens souvent méconnus de les traquer. L'objectif: une meilleure hygiène de vie, afin de limiter les risques de maladies comme la gastro, la grippe, le rhume ou encore les ulcères, comme il l'explique au Parisien.

Le médecin de 65 ans, déjà auteur de quatorze ouvrages, se base notamment sur deux études scientifiques réalisées avec l'Institut Pasteur de Lille, inspirées bien souvent de questions posées par ses patients de l'Hôpital européen Georges Pompidou à Paris, où il exerce.

  • En arrivant chez soi

La première étape de prévention démarre bel et bien sur le seuil de notre porte. En effet, une des études de Frédéric Saldmann concerne... nos paillassons. Pour arriver à cette conclusion, lui et la cheffe de service de microbiologie de l'Institut Pasteur de Lille, Michèle Vialette, ont observé trente-six d'entre eux à la loupe. Conclusion: "C'est un aéroport à microbes, le paradis des bactéries", estiment-ils.

Selon lui, la concentration en bactéries est 75% plus importante sur le tapis qu'à côté, et son usage contamine même les semelles des chaussures que nous portons. Ces mêmes semelles qui pénètrent ensuite dans nos maisons. Son conseil, nettoyez les paillassons au moins une fois par mois et les changer régulièrement. Ou encore mieux, se déchausser avant d'entrer chez soi.

  • Dans la cuisine

Pour Frédéric Saldmann, plusieurs ustensiles ou appareils ménagers se trouvant dans la cuisine nécessitent également une attention particulière. C'est le cas du bac à glaçons. Le médecin préconise de le laver après chaque usage et de le remplir après s'être dûment lavé les mains.

Même chose pour la moindre tasse à café qui nous paraît pourtant anodine. Le docteur conseille de la laver tout de suite après avoir bu pour éviter le développement des bactéries et/ou champignons du fait des résidus.

Pour certains aliments comme le riz, il existe également des moyens de prévenir les maladies. Car si le riz est considéré comme un remède, il ne l'est que s'il est propre. Frédéric Saldmann explique par exemple dans son livre que les grains bruns ou blancs peuvent contenir après des cuissons "des spores de Bacillus cereus qui se transforment à température ambiante en bactéries à l'origine de toxi-infections alimentaires sévères". Du coup, ce dernier conseille de ne le conserver que 24h maximum et de le mettre au frigo tout de suite après sa cuisson.

  • Dans la salle de bain

La salle de bain est elle aussi un nid à microbes. Du tapis de bain au pommeau de douche, gare aux bactéries. Frédéric Saldmann préconise pour le premier un lavage à la machine une fois par semaine. Pour le second, loin de ce que l'on fait au quotidien, il est conseillé de dévisser son pommeau de douche tous les mois pour le faire tremper une nuit dans du vinaigre blanc. La raison? 30% des pommeaux seraient contaminés.

Pour un lave-linge sain, le médecin recommande par exemple un lavage à vide une fois par mois avec un désinfectant ménager, et ce à la plus forte température possible.

Mais ce n'est pas tout. Le médecin s'est également penché sur les toilettes et les chasses d'eau. A partir d'une constatation faite au Japon, il a mené une étude révélant des résultats surprenants: "La concentration moyenne de bactéries sur les grands boutons (destinés à la selle), est cinq fois supérieure à celle des petits (destinés à l'urine), 11% contre 52%", explique-t-il dans son livre. Morale, préférez le petit bouton au grand, c'est meilleur pour vous et pour la planète!

  • Dans la maison en général

Plus généralement, Frédéric Saldmann explique qu'il est nécessaire de faire régulièrement la poussière partout dans sa maison avec des produits non toxiques. Et ce pour notre hygiène, mais pas seulement.

Selon une étude parue dans la revue médicale Environmental Science and Technology, la poussière pourrait avoir une influence indirecte sur notre ligne et notre poids. En effet, elle contiendrait certains produits chimiques qui, mis en contact avec certaines cellules, favoriseraient l'accumulation de lipides.

Si ce n'est pas tant la poussière en elle est même qui a des conséquences sur notre ligne, ce sont surtout les produits chimiques qu'elle véhicule qui peuvent générer des troubles métaboliques, parmi lesquels le développement de diabète ou d'obésité. D'où le double conseil du médecin de régulièrement dépoussiérer notre intérieur.