Haricots verts contaminés: que risque-t-on avec l'herbe du diable?

Carrefour a emboîté le pas à E.Leclerc en rappelant ses lots de haricots verts surgelés. Les distributeurs suspectent la présence de datura, surnommé herbe du diable, une plante toxique. Les centres anti-poison de Paris et Marseille précisent à BFMTV.com les caractéristiques et risques que peut entraîner cette "mauvaise herbe".
Datura stramonium
Datura stramonium. Isidre blanc

Elle est surnommée "herbe du diable" ou encore "pomme épineuse". Cette plante toxique est à l’origine du rappel de lots de haricots verts surgelés par les distributeurs Leclerc et Carrefour. Ces produits sont "suspectés d’être contaminés par une plante", a expliqué Carrefour mercredi dans un communiqué.

Connue sous le nom scientifique de "datura", l’herbe du diable "pousse partout, sur le bord des chemins et entre les plantes cultivées", détaille à BFMTV.com Katharina Von Fabeck, médecin au centre anti-poison de Marseille. "C’est une mauvaise herbe", nous précise Jérôme Langrand, de l'antenne parisienne. Elle est reconnaissable à sa fleur blanche "en forme de cloche qui pend vers le sol. Sur la même plante pousse des sortes de sacs épineux qui contiennent des graines noires ou blanches selon la maturité", commente-t-il.

Accidents de jardinage

Riche en alcaloïdes, l’herbe du diable est toxique et sa consommation peut avoir des conséquences graves pour la santé.

"Au centre-antipoison, nous recevons régulièrement des appels pour une intoxication au datura à la suite d’un accident de jardinage. Sans le faire exprès, les gens peuvent cueillir une herbe du diable en même temps que leur récolte", rapporte Jérôme Langrand.

Mais le médecin s’étonne que cette plante puisse être retrouvée dans des lots de haricots verts. "Ce n’est pas classique, je ne vois pas comment on peut faire la confusion entre des haricots verts et le datura. On a déjà eu des cas d’intoxication avec des épinards qui avaient été confondues avec les feuilles de l’herbe du diable. Mais les haricots verts… c’est un mystère", s’exclame-t-il. Un élément de réponse a cependant été avancé par E.Leclerc dans son communiqué publié lundi.

"Si des systèmes de tris mécaniques sont en place pour éliminer d'éventuels daturas résiduels lors des récoltes de haricots, le recours à une agriculture de plus en plus raisonnée, avec un minimum de pesticides, explique le risque potentiel de retrouver un datura dans un lot de haricots verts", précise l’enseigne.

Effets neurologiques et cardiaques

Depuis l’annonce du rappel des haricots verts surgelés par E.Leclerc, puis par Carrefour, le centre-antipoison de Paris reçoit de nombreux appels. "Les gens qui ont mangé les lots concernés sont inquiets, ils ont peur d’être intoxiqués, mais en réalité les quantités présentes dans les sachets sont très faibles et pour l’heure nous n’avons pas été confrontés à de réels cas d’intoxication", assure Jérôme Langrand.

Si le datura est ingéré en grande quantité, les symptômes apparaissent rapidement. "Au bout de 10-20 minutes, les pupilles se dilatent, on ressent de l’agitation, une confusion, on peut également avoir des hallucinations", détaille Katharina Von Fabeck. La plante entraîne également des effets sur le rythme cardiaque et peut générer de la tachycardie. Toutefois, dans des quantités telles que celles potentiellement présentes dans les sachets d'haricots verts, "l’herbe du diable n’est pas mortelle. On est bien loin des doses dangereuses", affirme-t-elle.

Plusieurs cas d'infection

L’infection des cultures par l’herbe du diable n’est pas rare. En janvier et en février 2019, des lots de farines de sarrasin de la marque Naturaline et des plats préparés (porc à la provençale et haricots plats) de la marque Comme j'aime avaient été retirés de la vente car ils étaient possiblement contaminés par le Datura stramonium.