Explosion du nombre d'intoxications aux champignons vénéneux

La météo fraîche et pluvieuse de ces deux dernières semaines ravit les amateurs de champignons. Mais prudence, car en 15 jours, le nombre d'intoxications aux champignons vénéneux a explosé. 
Un panier de cèpes ramassés en octobre 2012 à Clairmarais, dans le Pas-de-Calais. - Philippe Huguen - AFP
Un panier de cèpes ramassés en octobre 2012 à Clairmarais, dans le Pas-de-Calais. - Philippe Huguen - AFP

Cette année, l'été indien a retardé la cueillette des champignons. Mais la fraîcheur et l'humidité ambiante de ces deux dernières semaines a encouragé les Français à aller ramasser des champignons.

Or, pas moins de 249 cas d'intoxication ont été enregistrés ces quinze derniers jours (contre des chiffres entre 5 et 49 cas par semaine habituellement), mettent en garde l'Anses et la Direction générale de la santé. L'Anses explique que ces intoxications sont souvent liées à une confusion entre champignons toxiques et comestibles.

Quelques conseils pour éviter l'intoxication

Pour éviter un passage par le centre antipoison, l'Anses et la DGS recommandent de ne ramasser que des champignons que vous connaissez parfaitement, et ceux en parfait état et entiers. Si un doute subsiste sur l'état ou l'identification d'un champignon, mieux vaut ne pas consommer la récolte avant de l'avoir fait contrôler par un spécialiste (pharmaciens, associations et autres sociétés de mycologie régionales).

Avant de les déposer dans des caisses ou des cartons, et non des sacs plastiques, qui accélèrent le pourrissement, il est également recommandé de bien séparer les différentes espèces de champignons récoltées, afin d'éviter tout mélange entre champignons vénéneux et comestibles. 

Il est ensuite conseillé de se laver soigneusement les mains pour ensuite placer la récolte dans de bonnes conditions au réfrigérateur, pour une consommation dans les deux jours maximum, en quantité raisonnable et après une cuisson suffisante.