Eure: des opposants à la fermeture d'une maternité occupent le service

Lundi, des opposants à la fermeture d'une maternité dans l'Eure bloquent le service afin d'empêcher le lancement des travaux.
Maternité
Selon FO santé, la fermeture de la maternité est programmée pour février 2019. Photo d'illustration. AFP

Des opposants à la fermeture de la maternité de Bernay (Eure) empêchent le lancement de travaux de transformation du service en un centre périnatal de proximité, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

"J'ai décidé de repousser l'intervention pour cause de conflit social", a indiqué Pascal Brugiere, commercial de la société Portalp Normandie chargée des travaux d'aménagements intérieurs. "Ils sont programmés pour le début 2019", a-t-il poursuivi.

Les travaux, qui devaient démarrer le 10 décembre "n'ont pas eu lieu grâce à notre mobilisation", a déclaré de son côté Thomas Drouet, secrétaire départemental adjoint FO Santé. Selon lui, 25 opposants étaient encore présents lundi pour empêcher le lancement du chantier.

Une fermeture programmée pour février 2019

Selon FO santé, la fermeture de la maternité est programmée pour février 2019.

Dans un communiqué de presse daté du 14 mars, l'Agence régionale de santé (ARS) de Normandie justifiait la fermeture de la maternité par "un déficit financier de l'établissement, la baisse de la natalité" ou encore "des tensions sur la démographie médicale".

Début novembre, des élus locaux et FO santé ont engagé deux recours pour s'opposer à cette fermeture. Une première décision, prise en référé, a débouté les requérants.

Outre ces recours devant le TA de Caen, quatre personnes, dont le syndicat FO santé, ont assigné Christine Gardel, directrice de l'ARS Normandie, pour dénigrement estimant que cette dernière avait, lors d'une conférence de presse le 10 juillet, jeté à tort sur le service gynéco-obstétrique de l'hôpital "un important discrédit quant à sa compétence". La procédure est toujours pendante devant le TGI d'Evreux.

Selon FO, 404 accouchements et 9.658 consultations gynéco-obstétrique ont eu lieu à la maternité en 2017. Le service emploie à ce jour trente personnes.