Don de selles rémunéré 50 euros: saturé d’appels, l’hôpital Saint-Antoine suspend son étude

Submergé d'appels et de mails, l'établissement parisien a dû abandonner son étude impliquant un appel aux dons de selles. Il déplore la publication de l'annonce sur les réseaux sociaux. 
L'hôpital Saint-Antoine, à Paris
L'hôpital Saint-Antoine, à Paris LOIC VENANCE / AFP

L’hôpital Saint-Antoine abandonne, du moins pour le moment. L’appel de l’établissement parisien aux dons de selles rémunéré 50 euros a été victime de son succès. Partagée sur Facebook, l’annonce semble en avoir séduit plus d’un. Et pour cause, l’hôpital a indiqué avoir reçu des milliers d’appels et de mails.

"Nous avons reçu tellement d’appels que nous avons dû couper la ligne. […] Ce qui s’est passé est une catastrophe. La personne qui a mis l’annonce sur les réseaux sociaux l’a fait sans nous consulter. Maintenant, nous nous voyons contraints d’interrompre transitoirement l’étude car c’est devenu ingérable", explique au Parisien Harry Sokol, gastro-entérologue à l’hôpital Saint-Antoine.

Évaluer l'efficacité de la greffe de selles 

D’après le spécialiste, plusieurs volontaires se sont directement rendues au centre de recherche. Or il ne suffit pas d’arriver avec ses selles pour participer à l'étude. L’individu volontaire doit d’abord être évalué, subir des prises de sang… "Pour avoir une petite dizaine de donneurs viables, il faut beaucoup de volontaires motivés", indique Harry Sokol.

Si l’appel aux dons a pu prêter à sourire, il s’agissait d’un projet extrêmement sérieux. En effet, l’étude visait à évaluer l’efficacité de la greffe de selles dans l’évolution d’une maladie inflammatoire de l’intestin, la rectocolite hémorragique.