Cinq questions sur la généralisation du dossier médical partagé

Attendu depuis près de 15 ans, le dossier médical partagé est officiellement lancé ce mardi sur l'ensemble du territoire. Comment le créer? A quoi sert-il? Quelles informations y seront stockées? Eléments de réponse.
Consultation d'un patient chez le médecin (illustration)
Consultation d'un patient chez le médecin (illustration) PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Evoqué par Philippe Douste-Blazy dès 2004, avant d'être testé dans neuf départements entre décembre 2016 et mai 2018, le dossier médical partagé est officiellement lancé ce mardi 6 novembre sur l'ensemble du territoire français. Carnet de santé numérique, le DMP se présente comme un nouvel outil au service des patients et des professionnels de santé avec pour objectif une meilleure prise en charge des citoyens en améliorant la coordination entre les différents médecins qu'ils consultent.

  • Comment ouvrir son dossier médical partagé?

Sur la base du volontariat, toutes les personnes affiliées à l'Assurance maladie peuvent désormais créer leur dossier médical soit en ligne sur le site www.dmp.fr, soit dans une pharmacie soit dans une caisse primaire. Les citoyens recevront dans les prochaines semaines leur identifiant et mot de passer pour ouvrir leur dossier.

  • Quelles informations contient-il?

Le DMP est une sorte de coffre fort informatique qui permet de stocker toutes les informations médicales d'un patient : qu'il s'agisse de ses bilans sanguins, de ses allergies éventuelles, de ses dernières radios, des vaccins réalisés, de ses comptes-rendus d'hospitalisations, des médicaments qui lui ont été prescrits et même de sa position sur le don d'organe.

  • A quoi sert-il?

Le principal objectif du dossier médical partagé est d'améliorer la prise en charge du patient en favorisant une meilleure circulation de l'information sur son état de santé entre les différents professionnels qu'il consulte. Le DMP permet ainsi de centraliser toutes les données de santé d'un patient au même endroit. Un outil particulièrement utile en cas de parcours de santé complexe, d'hospitalisation en urgence ou même de changement de médecin traitant.

D'après les autorités de santé, la mise en oeuvre généralisée du DMP devrait par ailleurs permettre de réaliser des économies en limitant les actes inutiles redondants (plusieurs consultations pour une même pathologie, perte d'ordonnances ou de radiologies...).

  • Qui peut le consulter?

Le patient garde le contrôle sur son dossier médical partagé. C'est en effet à lui d'y autoriser l'accès ou non à un professionnel de santé. Il peut par ailleurs décider de limiter l'accès d'un médecin à certains documents seulement. Seul son médecin traitant aura accès à l'intégralité des données. Aucune administration ou entreprise privée ne pourra consulter le dossier médical partagé d'un patient.

  • Les données sont-elles sécurisées?

Les informations médicales du patient sont hautement sécurisées, assure le gouvernement qui a travaillé sur des systèmes de sécurisation spécifiques. Les données y sont cryptées et si rien n'est sécurisable à 100% sur Internet, Francis Brichet, directeur du développement de Coreye Healthcare, expert en transformation digitale en santé interrogé sur Europe 1, rappelle que la France est le pays qui accorde le plus d'importance à la sécurité des données de santé à caractère personnel.