Canicule: vers un afflux de patients aux urgences?

La canicule continue à s'étendre ce mercredi sur la France. Le mercure flirte avec les 40°C sur une grande partie du territoire et devrait grimper encore un peu plus jeudi. Un phénomène inédit qui peut avoir des incidences sur la santé si l'on n'y prête pas suffisamment attention.
Le service d'urgences de l'hôpital Trousseau, à Tour.
Le service d'urgences de l'hôpital Trousseau, à Tour. Guillaume Souvant - AFP

La canicule s’intensifie en ce milieu de semaine. 60 départements sont placés en vigilance orange par Météo-France et 20 ont basculé dans le rouge, comme le Nord, la Somme ou encore l'Ile-de-France. Quel est l’impact de cette nouvelle vague de chaleur sur la santé?

Eviter les "prises de risques" inconsidérées

Avec de telles températures, les urgences reçoivent généralement deux types de patients. "On s'occupe principalement des personnes fragiles qui ne boivent pas assez et dont personne ne s’occupe car elles sont seules chez elles, explique à BFMTV Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital européen Georges Pompidou. On a aussi des patients jeunes qui se mettent à faire du sport ou qui font la fête en pleine chaleur. Ils arrivent dans nos services déshydratés ou alcoolisés dans un état pas très fameux." 

Mercredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn invitée sur France Inter, a mis en garde contre "des prises de risque des citoyens qui ne se sentent pas concernés". Noyades par hydrocution, hyperthermie potentiellement mortelle lors d'un effort sportif ou dans une voiture surchauffée... "Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir" et avec un effort sportif, "on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter".

Philippe Juvin souligne que pour l'heure les passages aux urgences n'ont pas encore bondi, "mais c’est habituel. En période caniculaire, il y a toujours un délai de 24 ou 48 heures, le temps que les gens se déshydratent et aillent moins bien. Je pense qu’on aura un afflux de patients demain ou après-demain", présage-t-il alors que jeudi les thermostats devraient enregistrer des records de chaleur.

Prêter attention à ses voisins

D'autant que le pire est encore à venir. Jeudi, le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement. Une journée qui pourrait être plus chaude que les pires jours de la canicule de 2003. Pour éviter l'engorgement des urgences, Philippe Juvin recommande de prêter attention à ses voisins et de "ne pas se rendre aux urgences pour n’importe quoi. Téléphonez d'abord au 15 ou à votre médecin traitant. Il ne faut pas encombrer les urgences pour des bêtises car, particulièrement en période de canicule, on a des cas graves à traiter".

Depuis le début de cette deuxième vague de chaleur, les autorités ont relevé cinq décès, 27 urgences absolues et 371 urgences relatives pouvant être imputées à la canicule. Il reste à présent aux enquêtes à établir avec certitude la cause des faits examinés.