Bébés nés sans bras: la mère d'une petite fille handicapée veut être intégrée à l'enquête

Dans le Morbihan, une mère de famille a évoqué le handicap de sa fille, née sans avant-bras gauche, devant nos micros. Elle veut être intégrée à la procédure lancée au sujet des bébés nés sans bras. 
aurelie
Aurélie Bingler. BFMTV

Le dossier des bébés sans bras s'épaissit. Une mère de famille morbihannaise demande ce jeudi, au micro de BFMTV et RMC, à être intégrée à l'enquête. Aurélie Bingler accouchait de Lola il y a sept ans. Après six mois de grossesse, une échographie 3D avait révélé à la femme enceinte que son bébé souffrait d'une malformation, la privant d'un avant-bras, signe d'un mal appelé l'agénésie. 

Points communs 

Trois ans plus tard, Aurélie Bingler reçoit une lettre émanant de l'Agence régionale de santé (ARS), l'interrogeant pour savoir si elle résidait bien dans la commune de Calan lorsqu'elle attendait son enfant. L'instance avait enregistré d'autres cas tout près de là, à Guidel. C'est pourquoi Aurélie Bingler veut à présent être impliquée dans le processus initié autour des bébés nés sans bras, comme une autre famille. Ils sont soutenus par Camille Zagrodka, médecin, qui a fait le lien auprès de notre équipe entre ces situations et les cas repérés au préalable.

"Il y  a la malformation, la période 2011-2013 et le lieu. Donc oui, ça paraît évident qu'il faut les inclure ou au moins s'intéresser à ces cas-là dans le cadre de l'enquête", pose-t-elle. 

En tout, ce sont 24 cas qui ont été relevés en Bretagne entre 2011 et 2013.