Thierry Ardisson répond à Charline Vanhoenacker: "Elle a essayé de faire de la TV, ça a duré 15 jours"

Invité de France Inter, l'animateur a répondu en face à face à la journaliste. Cette dernière s'était dite "ravie" de l'arrêt des émissions de l'homme en noir. 
Thierry Ardisson et Charline Vanhoenacker
Thierry Ardisson et Charline Vanhoenacker Canal Plus Maxime Bruno - Joel Saget - Afp

C'est un Thierry Ardisson énervé qui s'est exprimé sur l'antenne de France Inter ce mardi matin. L'animateur, qui vient d'arrêter ses émissions Les Terriens sur C8 après 13 ans au sein du groupe Canal, a profité de son interview avec Léa Salamé pour régler ses comptes avec Charline Vanhoenacker.

Dimanche, l'animatrice de la station a confié au Parisien qu'elle était "ravie" que Les Terriens s'arrêtent, "car c'était très putassier". Alors qu'il se trouvait face à elle dans le studio de France Inter, Thierry Ardisson lui a répondu en direct:

"Ce que Charline ne sait peut-être pas, c'est qu'il n'y a pas de quoi se réjouir. Cela met 100 personnes au chômage. Comme vous êtes de gauche, j'imagine que ça doit vous embêter beaucoup. Vous aimez les gens."

"Putassier, c'est un compliment pour vous Thierry", a répondu la journaliste avec humour. "Pas du tout", lui a rétorqué l'homme en noir. Et d'évoquer Alex Vizorek, chroniqueur des Terriens qui travaille en parallèle avec Charline Vanhoenacker sur France Inter: 

"Je vous ai connue beaucoup plus drôle. Ensuite, je vous dirai ma chère Charline d'abord que Vizorek est désolé. Il m'a envoyé un texto dès le matin en me disant 'Je ne comprends pas ce qui lui prend'. C'est pourtant votre grand copain, vous lui en parlerez."

"Je vous ai connue beaucoup plus drôle"

Et d'évoquer un essai télévisuel de Charline Vanhoenacker, l'émission Je vous demande de vous arrêter sur France 4. Deux numéros diffusé en 2015 qui n'ont pas eu de suite: 

"Ce qu'il faut dire aussi c'est que Charline a essayé de faire de la télévision, que ça a duré 15 jours et que moi j'ai fait 34 ans de télévision avec un certain succès, donc les leçons de Charline je n'en ai rien à foutre."

"Vous devriez faire vachement plus de direct", a alors ironisé la journaliste. "Non, parce qu'en direct je ne pourrais pas couper vos conneries", a-t-il conclu.