Taylor Swift explique pourquoi elle n'a pas publiquement apporté son soutien à Hillary Clinton

Bientôt trois ans après l'élection présidentielle américaine remportée par Donald Trump, Taylor Swift explique pourquoi elle n'a pas affiché son soutien à la candidate démocrate.
Taylor Swift à Los Angeles le 9 octobre 2018
Taylor Swift à Los Angeles le 9 octobre 2018 Valerie Macon - AFP

C'est un reproche qui a suivi Taylor Swift durant les dix premières années de sa carrière: son silence obstiné face à la politique de son pays. Ce procès a atteint son paroxysme lors de la campagne présidentielle américaine de 2016; alors que toutes les célébrités (ou presque) affichent leur soutien à Hillary Clinton et conspuent Donald Trump, Taylor Swift ne pipe mot.

Une tactique qu'elle explique, pour la première fois, dans le numéro de septembre du Vogue américain (dont elle fait la couverture):

"Malheureusement, durant l'élection de 2016, l'adversaire politique diabolisait le soutien de célébrités. Il répétait: 'Je suis un homme du peuple. Je suis là pour vous. Je m'inquiète pour vous'. Je savais que je ne serais d'aucune aide."

"J'ai disparu"

À cette idée s'ajoute la colère du public contre Taylor Swift, cet automne-là. La chanteuse était tombée en disgrâce au cours de l'été précédent, lorsque Kim Kardashian avait posté une conversation téléphonique entre elle et Kanye West, lui faisant endosser un rôle peu reluisant dans la guéguerre qui l'oppose au rappeur:

"L'été avant cette élection, tout le monde disait (de moi): 'C'est une calculatrice, une manipulatrice, elle n'est pas ce qu'elle semble être, c'est un serpent, une menteuse.' Exactement les mêmes insultes dont les gens accablaient Hillary. Aurais-je été un soutien ou un boulet? 'Regardez, les deux femmes menteuses'. Des millions de personnes me disaient de disparaître. Alors j'ai disparu. De nombreuses manières."

Entre soutien et pinkwashing

Dans cette interview, elle revient également sur le clip de You Need To Calm Down, sorti en juin dernier. En plein mois des fiertés, elle livrait une vidéo remplie d'invité(e)s lesbiennes, gay, bisexuels ou transgenres et pleine à craquer de drapeaux LGBT. Aussitôt, Taylor Swift avait été accusée de pinkwashing (utilisation des luttes LGBT comme argument marketing). La chanteuse explique pourquoi elle a choisi, à ce moment-là, d'afficher son soutien aux minorités sexuelles:

"Ça m'a dévastée de réaliser que je n'avais pas été claire publiquement à ce sujet-là", explique-t-elle d'abord. "Les droits sont retirés à plus ou moins tous ceux qui ne sont pas des hommes blancs, hétérosexuels et cisgenre (personne dont le genre correspond à celui qui lui a été attribué à la naissance, à l'inverse des personnes transgenres, NDLR). Je n'ai réalisé que récemment que je pouvais servir la cause d'une communauté dont je ne fais pas partie. C'est difficile de faire ça sans avoir tellement peur de faire une erreur que ça vous tétanise. Parce que mes erreurs font beaucoup de bruit."