Richard Gere blacklisté à Hollywood à cause du Tibet

Copyright KSM

"Récemment, quelqu'un m'a dit qu'il ne pouvait pas produire un film avec moi, parce que cela risquerait de déranger les Chinois", a indiqué l'acteur au Hollywood Reporter.  

Depuis le milieu des années 2000, la carrière de Richard Gere est devenue discrète. L'acteur de Pretty Woman et d'American Gigolo a réduit ses apparitions dans les films des grands studios hollywoodiens, préférant le cinéma indépendant. Celui qui fut l'un des sex-symbols d'Hollywood, un des acteurs les mieux payés, a subi un exil forcé. C'est en tout cas ce qu'il raconte dans un article publié le 18 avril dans le Hollywood reporter

Selon lui, c'est son engagement politique, et en particulier ses prises de position en faveur du Tibet, qui a détourné Hollywood. Depuis plus de trente ans, Richard Gere défend la cause des Tibétains. Ami personnel du Dalaï-lama, l'acteur est interdit d'entrer sur le territoire chinois. 

"Il y a bien évidemment des films dans lesquels je ne peux pas jouer, parce que la Chine dirait 'Non, pas lui'", a déclaré l'acteur au magazine, avant d'ajouter: "Récemment, quelqu'un m'a dit qu'il ne pouvait pas produire un film avec moi, parce que cela risquait de déranger les Chinois." 

Cette affaire démontre une nouvelle fois l'influence grandissante de la Chine sur Hollywood. Malgré les semi-échecs des coproductions sino-américaines (comme La Grande muraille avec Matt Damon), la Chine reste un marché très lucratif pour le cinéma hollywoodien. Lors de son premier week-end d'exploitation en Chine, les recettes du huitième volet de Fast & Furious se sont élevés à plus de 190 millions dollars. Soit presque le double de ce que le film a récolté sur le sol américain. 

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter