Pascal Obispo "trahi" par des relations !

En près de trente ans de carrière, Pascal Obispo a rencontré de nombreuses personnes, mais il garde des souvenirs amers de certaines d'entre-elles.
 Pascal Obispo "trahi" par des relations !
En près de trente ans de carrière, Pascal Obispo a rencontré de nombreuses personnes mais il garde des souvenirs amers de certaines. JACQUES DEMARTHON / AFP

Actuellement sur les routes de France pour présenter son nouvel album, intitulé Obispo, le chanteur connaît le monde du showbizz. Depuis près de 30 ans, il a connu d'énormes succès et il n'est toujours pas rassasié par ce monde et son univers créatif.

"Je ne pourrais pas vivre si je n'étais pas tout le temps en train de créer", avoue-t-il dans les colonnes du Dauphiné Libéré. Mais il n'évoque pas que la musique, "je me suis mis aussi à la peinture. Ça me nourrit profondément. Je ne peux pas peindre ou chanter tout le temps la même chose".

Si au cours de sa carrière, Pascal Obispo a fait une multitude de rencontres et fait plusieurs collaborations, il a fait part de ses "regrets". Il reconnaît qu'il se serait bien passé de certaines "associations avec des gens qui m'ont profondément affecté car je suis quelqu'un de sensible". Avant d'ajouter, visiblement, blessé, "je donne ma vie, je fais rentrer les gens chez moi et parfois ils trahissent".

Autre point négatif, le monde de la musique, qui a un rythme effréné et l'empêche de créer. "Ce que je regrette, c'est de ne pas être suffisamment libre pour faire des projets quand je veux", dit-t-il. "L'industrie du disque nous impose un tempo et ça me révolte !". Sans oublier qu'il aimerait que son style musical de ses débuts soit enterré par le public. Il lui colle à la peau et ça le "dérange" aussi.

Le membre de la troupe des Enfoirés tient tout de même à nuancer ses propos. "La plus grande richesse d'un artiste c'est la liberté, je l'ai, c'est fantastique. Je fais mes projets, ils sont diffusés ou pas. Mais quand ils sont moins diffusés, ils sont aussi moins connus, et c'est ça le problème", a-t-il conclu.