Mère divorcée, Miss Ukraine 2018 a été contrainte de renoncer à son titre

Veronika Didusenko s'insurge contre les règles du concours Miss Ukraine 2018, édictées il y a plus 70 ans.
Veronika Didusenko
Veronika Didusenko, Miss Ukraine 2018 Instagram.com / veronika_didusenko

"Mon nom est Veronika. Il n'y a pas si longtemps que cela, je portais la couronne de Miss Ukraine 2018, une couronne qui me permettait de représenter mon pays au concours de Miss Monde en Chine. Je voulais raconter à la Terre une histoire unique sur mon pays - qui abrite des gens réellement héroïques et aimant la liberté".

Ainsi parle Veronika Didusenko, éphémère Miss Ukraine 2018 détrônée le 24 septembre après que le jury a découvert que la reine de beauté avait un fils et qu'elle était divorcée. "Elle a accouché quand elle avait 19 ans puis a divorcé. Je pense que ce n'est pas une bonne chose de mettre une telle personne en position de modèle à suivre", a déclaré un des juges de la compétition.

Une "règle préhistorique honteuse"

Contrainte de céder sa place, la jeune femme a poussé sur son compte Instagram un coup de gueule: "Mon droit de représenter mon pays sur la scène mondiale m'a été retirée à cause de règles écrites il y a 70 ans. Des lois archaïques qui indiquent que les mères sont bannies du concours de Miss Ukraine. Des règles discriminatoires qui ont été écrites lorsque la ségrégation raciale était encore la norme." Elle ajoute:

"En 2018, ce n'est plus possible. Cette discrimination sur la maternité doit cesser. Cette manière d'encourager indirectement l'avortement doit cesser. Je lance une campagne de financement participatif pour livrer ce message à l'échelle mondiale. Avec votre aide, j'évoquerai ce combat pour l'abolition de cette règle préhistorique honteuse dans les capitales du monde [...] Nous devons éliminer la dernière loi qui discrimine les femmes avec des enfants."

En France, ce règlement est aussi en vigueur. Comme le rappelle Pure People, les candidates du concours Miss France doivent être "célibataires, non mariées, non divorcées, non pacsées, sans enfant" pour participer.

Voir cette publication sur Instagram

My name is Veronika. Not such a long time ago I was wearing a crown of Miss Ukraine 2018, a crown which would allow me to represent my country at the Miss World contest in China. I wanted to tell the world a unique story of my country – home of truly heroic and freedom-loving people. Yet, my right to represent my country on the global scene was taken away from me because of the rules written 70 years ago. The archaic rules which ban mothers from the Miss Ukraine contest. The discriminatory rules which were written when racial segregation was still the norm. Worldwide the number of girls who participate in this contest amounts to millions. Millions of women are allowed to participate only if they don’t have children. In 2018 this is simply not right. This discrimination on the grounds of motherhood must end. This indirect encouragement of abortion must end. I AM LAUNCHING A FUNDRAISING COMPAIGN to deliver this message globally. With your help I will take the fight for the abolition of this disgraceful prehistoric rule to every major global capital. Time to stand up for a women’s right not to be punished for being a mother. We must eliminate the last remaining rule which discriminates against women with children. #righttobeamother🌎

Une publication partagée par Veronika Didusenko (@veronika_didusenko) le

Voir cette publication sur Instagram

MY HEART Thank you @ilyaratman

Une publication partagée par Veronika Didusenko (@veronika_didusenko) le