Héritage de Johnny: l'avocat de Laura Smet souhaite proposer un arrangement rapide à Laeticia

Invité ce matin sur RTL, l'avocat de Laura Smet a évoqué son souhait de "trouver le respect des droits de chacun et un point d’équilibre" entre les deux parties d'ici le 15 juin, date de l'anniversaire de Johnny Hallyday.
Laeticia Hallyday le 9 décembre 2017 à Paris lors de l'hommage populaire à Johnny
Laeticia Hallyday le 9 décembre 2017 à Paris lors de l'hommage populaire à Johnny Yoan Valat - Pool - AFP

Invité ce matin sur RTL pour parler du conflit qui oppose les deux aînés de Johnny Hallyday à leur belle-mère Laeticia, l'avocat de Laura Smet a évoqué une proposition d'arrangement avec l'épouse du rockeur au sujet de la succession.   

"Nous n’avons jamais demandé autre chose que cela", a assuré Emmanuel Ravan. "Je dis simplement à madame Hallyday que je ne sais pas qui a pu la conseiller, mais elle n’a pas le droit et la loi pour elle comme il a pu être dit. Au bout de la route de ce terrain judiciaire, il y a l’application de loi française".

Un arrangement avant la date d'anniversaire de Johnny?

L'avocat de Laura Smet a expliqué qu'il fallait, pour les deux parties, affronter "le principe de réalité" et déployer "l’intelligence du cœur" afin d'arriver à trouver un accord sur deux points essentiels: "le devenir de l’œuvre de Johnny Hallyday avec Jade et Joy", et "le partage en pleine propriété des biens". Il a ensuite formulé son souhait que cet arrangement intervienne avant le 15 juin, date à laquelle Johnny Hallyday aurait fêté ses 75 ans.

"Je forme le vœu que pour le 15 juin prochain nous ayons réussi à trouver le respect des droits de chacun et un point d’équilibre", a ajouté Emmanuel Ravan.

L'avocat a également confié que sa cliente souffrait "énormément" de cette situation "extrêmement complexe". 

"Laura Smet souffre énormément. Derrière tout cela, il y a la négation d’une direction artistique, ce qui est une douleur immense, il y a une difficulté extrêmement forte de faire le deuil de Johnny Hallyday. Elle n’a pas de lieu, pas d’endroit ou le retrouver", a-t-il dit.

"La possibilité maintenant de travailler ensemble"

Vendredi dernier, la décision du tribunal de grande instance de Nanterre a satisfait les deux parties. La chambre des référés a prononcé le gel d'une partie des biens du chanteur et de ses droits d'artiste. Il est ainsi désormais impossible pour Laeticia Hallyday de vendre ou de disposer de ses propriétés françaises à Marnes-la-Coquette ou à Saint-Barthélemy. Une victoire partielle pour les deux aînés de Johnny qui pourrait amorcer la fin de la guerre judiciaire.

Invité samedi sur le plateau de BFMTV dans l'émission 7 jours BFM, Pierre-Olivier Sur, l'un des avocats de la fille aînée de Johnny, avait expliqué ce que cette décision de justice laissait entrevoir pour la suite.

"Il n'y a pas d'appel, ni d'un côté, ni de l'autre, alors que pourtant c'est bien le droit français qui s'applique", avait-il analysé. "C'est écrit et c'est ce que combattait la partie adverse. Dès lors qu'il n'y a pas d'appel, il y a forcément la possibilité maintenant de travailler ensemble"

Mais pour lui, une conciliation entre les deux parties ne peut se faire qu'à une seule condition: que Laeticia Hallyday accepte que les premiers enfants de Johnny, Laura Smet et David Hallyday, ne soient pas déshérités. La décision rendue lors de ce premier round judiciaire semble avoir ouvert une brèche pour la reconnaissance de leurs droits dans l'héritage.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable