Des téléphones Garfield échouent sur les plages du Finistère

Les habitants du Finistère ont fait une découverte pour le moins insolite : des téléphones Garfield ont échoué en masse sur leurs plages. Explications.
Des téléphones Garfield échouent sur les plages du Finistère
Les habitants du Finistère ont fait une découverte pour le moins insolite : des téléphones Garfield ont échoué en masse sur leurs plages. Explications. JACQUES MUNCH / AFP

Si récemment nous vous parlions de nombreux dauphins retrouvés échoués sur les plages de Vendée, c'est un tout autre phénomène qui sévit un peu plus au Nord, sur les plages du Finistère. Des chats ont été retrouvés échoués sur les côtes de la pointe bretonne. 

Mais il ne s'agit pas de n'importe quels félins. Ils sont rayés orange et noir, adorent les lasagnes et ont été créés par le bédéiste Jim Davis. Oui, il s'agit bien de Garfield, personnage iconique du monde de la bande dessinée. C'est avec stupeur que les finistériens ont découvert sur leurs rivages des téléphones à son effigie, en grande quantité, parfois démembrés, mais surtout qui sont vieux de plus de trente ans.

Tout commence dans les années 80 avec un bateau qui perd l'une de ses cargaisons. "On parle de la perte d’un conteneur au large de la pointe du Corsen, qui a eu lieu en 1982 ou 1983", explique au Parisien Lionel Lucas, président de l'Association de nettoyage au service de l'environnement et du littoral. 

Vous aurez probablement compris ce que contenait cette cargaison : des téléphones à l'effigie de Garfield. Jusqu'ici les appareils reposaient au fond de l'océan, s'agissant de matériaux relativement lourds.

Une tempête à l'origine de ce raz de marée original

Les courants faisant lentement leur travail, c'est une tempête qui a précipité le retour des téléphones abracadabrantesques. Les objets non-flottants ont été traînés de fonds en fonds, jusqu'à resurgir sur le littoral. Un phénomène qui n'a rien d'original en soit.

Toutefois, aussi singulier que le phénomène puisse paraître, il est important de rappeler que ces téléphones Garfield restent des déchets. Lionel Lucas tient d'ailleurs à rappeler les conséquences du passage des bateaux : "Ici, c’est le trafic maritime qui est le réel marqueur de pollution lourde, et non les pollutions humaines sur les plages. Le rail d’Ouessant, chez nous, est occupé à 90 % par le commerce européen et le trafic maritime. Pendant les tempêtes de 2013-2014, 800 conteneurs se sont retrouvés à flot", déplore-t-il. Les bénévoles de l'association continuent de ramasser ces naufragés insolites. Charge à chacun d'aller les aider pour récupérer les débris de ces téléphones collectors.