Repas de Noël: comment les mangeurs de l'extrême préparent leur estomac

Les repas festifs de fin d'année sont parfois lourds et indigestes. Les professionnels de l'ingurgitation de nourriture en ont vu d'autres et savent comment faire face à ces situations.

Des millions de personnes s'apprêtent à célébrer les fêtes de fin d'année à travers le monde. Nombre d'entre eux auront la chance de pouvoir manger des plats traditionnels, souvent copieux, lors de repas qui s'éternisent. Voici quelques astuces (à ne pas suivre au pied de la lettre) pour ne pas se laisser impressionner par les menus à rallonge.

Les - peu élégantes - compétitions qui consistent à manger le plus de nourriture possible ont été démocratisées aux USA et ses aficionados racontent comment ils se préparent à maltraiter leurs corps.

L'ingrédient secret du champion ultime: de l'eau (beaucoup d'eau)

Le site Munchies a passé en juillet 2015 une journée dans la peau du champion incontesté de l'exercice: le Japonais Takeru Kobayashi. Ce frêle (1,73 m, une soixantaine de kilos) athlète de l'extrême prend très au sérieux la maîtrise de son art, qui nécessite une préparation de sportifs de haut niveau.

Aujourd'hui âgé de 38 ans, il a raconté avoir trouvé sa voie lorsqu'il était étudiant en économie au Japon et qu'il a atterri dans un buffet à volonté de riz au curry. Après en avoir ingurgité 4,9 kilos sous le regard étonné, et surtout alarmé, des gérants de l'enseigne, il était lui même surpris de se sentir aussi bien. Une vocation était née.

Kobayashi repousse ainsi les limites de son corps à l'extrême en essayant notamment de rendre son estomac le plus flexible possible la veille d'une compétition. Pour arriver à cela il possède une astuce à l'originalité décevante, mais à l'efficacité redoutable: boire de l'eau, beaucoup. Énormément. A quel point? Au point d'essayer d'en boire 11 litres en 90 secondes.

S'il "travaille" son estomac pendant deux mois avant la date de l'événement, il a montré que l'eau est également sa plus grande alliée durant les concours. Il a notamment révolutionné la pratique dans la catégorie "hot dog": il a été le premier à dissocier la saucisse du pain. Il coupe la saucisse en deux et trempe son pain dans une eau tiède pour tasser la saucisse.

Ce "foodie au fin palais" dans la vie "normale" n'est pas détenteur de multiples records du Guinness Book dans les catégories Hot dogs, burgers, pizzas, pâtes et boulettes de viande par hasard. Et la perspective des repas de Noël ne doit donc pas lui faire très peur.

1,9 kg de légumes et 3,6 kg de pastèque le plus vite possible

D'autres "stars" du milieu ont des techniques tout aussi radicales mais avec d'autres ingrédients. Randy Santel, qui a lancé son propre site spécialisé sur la question, prévient également qu'on ne peut pas s'entraîner 24 heures avant avant un challenge et qu'il faut habituer son corps longtemps à l'avance. Pour les dernières heures avant l'affrontement épique face aux autres ogres de compétition, il dévoile ses secrets pour ne pas décevoir ses fans.

Il propose un régime qui n'est pas sans rappeler celui du champion olympique de natation Michael Phelps (voir ci-dessous): 1,9 kg de légumes avec des œufs et de la sauce barbecue en moins de 4 minutes + 3,6 kg de pastèque + 2 litres d'eau aromatisée. Il insiste sur un point: "Allez y à votre capacité. Si vous ne pouvez pas le faire rentrer dans votre estomac, vous n'y arriverez pas". Merci du conseil.

A LIRE AUSSI > L'appétit d'ogre de Michael Phelps

NB: Les "food challenges" peuvent être dangereux pour la santé. Ne pas reproduire chez soi.

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter