L’ad-blocker de Google Chrome s’activera partout dans le monde le 9 juillet prochain

Déjà active en Europe et en Amérique du Nord, la fonction de bloqueur de publicités de Chrome prendra effet à travers le globe en juillet prochain, imposant aux éditeurs de sites Web de faire attention aux publicités qu’ils embarquent.

C’est une vieille promesse et une longue bataille. Dans son combat totalement désintéressé pour faire du Web un « endroit où il fait bon vivre » et aussi regarder des publicités autorisées, Google avait annoncé que son navigateur intégrerait à terme un bloqueur de publicités. Ainsi, en février 2018, Google avait activé son outil dans Chrome en Europe et en Amérique du Nord et commencé à bloquer certaines publicités, y compris celles servies par ses services.

Pour le Web, partout dans le monde

Dans un billet sur le blog de Chromium, publié hier, 9 janvier 2019, le géant américain a annoncé une nouvelle étape. Il a officialisé que, dès le 9 juillet prochain, il se conformera à travers le monde aux standards de la Coalition for Better Ads, à laquelle il appartient depuis l’année dernière. Cela fait suite à l’annonce par la Coalition de l’extension de l’application de son standard à tous les pays du globe.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Cela n’implique toutefois pas que Chrome cessera de montrer toutes les publicités. Néanmoins, la décision est draconienne et contraignante pour les éditeurs de sites Web. En effet, comme l’indique Google, « Chrome va étendre sa protection des utilisateurs et cessera de montrer les publicités sur les sites qui affichent des publicités perturbatrices de manière répétée, quel que soit le pays. ».
Autrement dit, une seule publicité fautive, non respectueuse des règles de la coalition, est détectée et l’affichage de toutes les publicités sera bloqué. Un potentiel manque à gagner énorme pour les éditeurs de sites.

A priori, ce renforcement ne se fera pas (uniquement) au travers d’une mise à jour de Chrome. En effet, à l’heure actuelle Chrome 76 devrait sortir le 30 mai prochain, tandis que Chrome 77 devrait débarquer le 25 juillet. Autrement dit, le gros de l’effort de contrôle des publicités devrait se faire côté serveur.

Quels types de publicités seront bloqués ?

Pour l’heure, la Coalition a décidé de bloquer quatre types de publicités sur les machines de bureau : les pop-up, les publicités vidéo en lecture automatique avec le son, les publicités larges qui s’imposent sur l’écran et masquent le contenu, et les publicités qui se chargent avant le contenu avec un compte à rebours.
Du côté des mobiles, ce sont huit types de pub qui sont bannis. En plus des quatre listés pour les PC, s’ajoutent notamment les publicités qui occupent plus de 30% de l’affichage total, celles qui recouvrent tout l’écran en scroll over et encore les publicités animées qui clignotent.

Google précise que son « but ultime n’est pas de filtrer les publicités mais de construire un Web meilleur pour chacun, partout ». Le géant du Web a déjà par le passé indiqué qu’il préférerait ne pas avoir à bloquer de publicités. Néanmoins, certaines pratiques nuisent terriblement à l’expérience de surf, ce qui en définitive nuit à l’écosystème et donc aux revenus générés, sans même parler de la propension qu’ont les utilisateurs à se tourner alors vers les applications.

Quoi qu’il en soit, pour l’heure, Google se contente de bloquer les mauvaises publicités, afin de ménager des sources de revenus aux sites qui n’ont généralement guère d’autres solutions viables. Si vous n’en voulez aucune, les ad-blockers tiers sont donc encore la solution qu’il vous faut.