CES 2019 : le Wi-Fi 6, plus rapide et performant, s’apprête à déferler chez vous

On l’attendait pour la fin d’année 2018 mais le début de la vague du Wi-Fi 6 a finalement grossi en plein désert, au CES de Las Vegas. La plupart des gros acteurs du monde des réseaux domestiques a pris position. Le Wi-Fi nouveau est arrivé.

Les normes Wi-Fi, c’est un peu comme la Comète de Halley, on n’en voit pas passer tous les jours. Alors quand une nouvelle itération arrive, l’amateur de réseau sans fil rapide et stable se frotte les mains et se demande s’il faut y passer. Deux réactions totalement fondées.

Depuis 2014, et l’arrivée du 802.11ac (Wi-Fi 5, selon la nomenclature de la Wi-Fi Alliance), le Wi-Fi ronronne gentiment et si les tout premiers produits 802.11ax sont arrivés en fin d’année 2018, la vraie bataille commence dès maintenant. Le coup d’envoi a été donné lors du CES de Las Vegas où la plupart des grands acteurs du petit monde des réseaux a étoffé sa gamme déjà existante de produits compatibles Wi-Fi 6.

Les nouveaux Orbi passeront au Wi-Fi 6, aussi appelé 802.11ax. Netgear

Netgear et TP-Link, deux géants au taquet

Netgear, le père des Orbi a ainsi annoncé l’arrivée prochaine de la nouvelle norme Wi-Fi dans ses routeurs et satellites maillés. Ils sont excellents en 802.11ac, ils devraient être encore meilleurs en ax. Redesignés pour l’occasion, les Orbi embarqueront un processeur quad-core, conçu par Qualcomm, pour avoir la puissance nécessaire à la gestion du Wi-Fi 6.

De son côté, TP-Link, géant chinois des produits réseaux, a sorti la grosse artillerie. A commencer par l’arrivée au troisième trimestre 2019 d’un nouveau Deco, sa gamme de routeur mesh plutôt design. Elle s’enrichira d’un X10, compatible AX2700. Ce nouveau routeur sera tri-bande et utilisera une des bandes de fréquences pour la liaison entre les différents routeurs, avec des débits stables en backhaul pouvant aller jusqu’à 1,95 Gbit/s.

Le Deco X10, de TP-Link est un routeur maillé tri-bande, compatible Wi-Fi 6. TP-Link

Mais TP-Link va également faire passer ses routeurs pour gamers à la nouvelle norme. On trouvera ainsi l’Archer AX11000, un appareil tri-bande qui pourrait offrir jusqu’à 1,756 Gbit/s pour la connexion entre les modules, selon TP-Link. L’Archer AX6000 est son petit frère mais ne devrait pas être en reste concernant les débits. Ces deux routeurs devraient être disponibles en mars prochain.

Le Wi-Fi 802.11ax arrivera également sur des produits plus abordables grâce à l’Archer AX1800 pour un prix non communiqué mais qualifié de « modique ».

Encore plus d'antennes pour pouvoir servir encore plus d'appareils simultanément. Le TP-Link Archer X11000 n'est pas un vaisseau spatial. TP-Link

D-Link et cie, patience...

De son côté, D-Link, autre poids lourd du secteur, a mis à jour sa gamme Exo mais semble passer à côté du 802.11 ax pour le marché français. Linksys suit la même voie pour l’instant.
Il sera maintenant intéressant de voir si Google va mettre à jour son Google Wi-Fi. Au vu de la petite révolution que sont les routeurs maillés et du potentiel de ses puces Wx, on se prend également à rêver d’un retour d’Apple sur un marché que la firme de Cupertino semble avoir déserté au mauvais moment.
Tous ces acteurs ont toute l’année 2019 pour passer au Wi-Fi 6, les moins pressés attendront donc, les early adopters pourront en revanche se tourner prochainement vers les offres de Netgear ou TP-Link.

802.11 ax, les promesses d’un monde meilleur

Mais adopter le Wi-Fi 802.11ax, qu’est-ce que ça apporte ? A part le retour de l’être aimé, quasiment tout. Les débits seront bien meilleurs entre autres grâce à une meilleure optimisation de l’encodage des données, donc grâce au transfert de plus de données sur une même bande de fréquence. Selon les conditions, vous pourriez atteindre des vitesses de transfert quatre à dix fois supérieures. Même en 2,4 GHz, qui offre un meilleur taux de pénétration des obstacles, les débits devraient être en hausse.

Par ailleurs, grâce à des fonctions comme Target Wake Time (TWT), l’autonomie des appareils devrait être meilleure. TWT permet en effet aux routeurs et points d’accès d’indiquer très précisément à un appareil (smartphone, PC portable, objets connectés, etc.) quand éteindre ou allumer son module Wi-Fi pour recevoir des données. Le module radio Wi-Fi peut alors rester éteint plus longtemps, donc moins consommer.

Si on ne va pas dresser une liste exhaustive des promesses du Wi-Fi 6, arrêtons-nous sur les capacités de cette norme à mieux gérer de nombreuses connexions. On peut prendre l’exemple d’un stade ou d’une salle de concert, mais c’est également vrai pour votre salon ou votre domicile en général.
Le Wi-Fi 802.11ax est pensé pour servir de nombreux périphériques simultanément. C’est en partie grâce à une technologie qu’on trouve dans les réseaux 4G, et qui porte le doux nom de Orthogonal Frequency Division Multiple Access (OFDMA, pour faire presque simple). Cette technologie, couplée au MU-MIMO, fait en sorte que chaque canal de diffusion peut gérer jusqu’à 30 connexions. Et c’est sans compter sur le fait que les fréquences 2,4 et 5 GHz pourront être combinées pour créer encore plus de canaux… Bref, vous n’êtes pas prêts de saturer votre routeur AX et sa jolie bande passante sans fil.

Evidemment, pour tirer le meilleur parti de toutes ces nouveautés, il faudra utiliser des smartphones ou ordinateurs compatibles avec le Wi-Fi 6. Mais la bonne nouvelle finale est que cette norme est compatible avec les appareils plus anciens. Ainsi, même une machine compatible uniquement avec le 802.11ac devrait bénéficier de ces nouveautés, au moins partiellement, suffisamment en tout cas pour que le gain soit notable. C’est en tout la promesse du Wi-Fi 6 et de ses zélateurs. Nous attendons de pouvoir le tester pour arrêter notre jugement.

Retrouvez toute l'actualité du CES 2019 sur 01net.com.