Apple franchit une étape importante dans la conception des puces 4G et 5G de ses futurs iPhone

Apple semble vouloir accélérer le tempo de la fabrication de son propre modem. Après Qualcomm, c’est Intel qui devrait être la prochaine victime de cette initiative.
Apple
Le logo d'Apple. Emmanuel DUNAND/AFP

Après s’être passé de Qualcomm, Apple pourrait faire de même avec Intel. La société vient en effet d’intégrer son équipe de recherche consacrée aux modems à son unité de chaîne logistique dédiée aux puces.
L’information a été confirmée à Reuters par deux personnes familières avec cette réorganisation. Elle est un signe qu’Apple veut bel et bien développer son propre modem, après s’être fourni pendant des années auprès de ses deux partenaires.

Qualcomm a été le fournisseur historique et exclusif d’Apple jusqu’en 2016 et l’arrivée d’Intel. Depuis l’année dernière, la société de Santa Clara est devenue le seul à fournir des modems à Apple. La firme de Cupertino s’est séparée de Qualcomm, après l’ouverture de poursuites judiciaires mutuelles. Apple ne voulant plus avoir à payer les royalties réclamées par le constructeur sur ses composants.

Investissement important, mais économies massives

Le défi s’annonce tout de même immense pour Apple parti de zéro dans le domaine. Mais la marque veut se mettre au niveau de ses principaux concurrents. En effet, Samsung et Huawei développent tous les deux leurs propres SoC dans lequel le modem est intégré. Cela permet de gagner de l’espace au sein de l’appareil, mais aussi de consommer moins d’énergie grâce à cette intégration matérielle plus poussée.

Économiquement, cela représenterait un investissement de centaines de millions de dollars pour Apple. Mais les économies engendrées seraient également massives. Chaque puce modem coûte 15 à 20 dollars par téléphone produit, soit une somme de 3 à 4 milliards de dollars à sortir pour Apple chaque année.

Malgré l’immensité du chantier, Apple a prouvé par le passé son savoir-faire en matière de développement de puce. Ses SoC Ax présents dans ses appareils mobiles depuis l’iPhone 4 de 2010 sont devenus au fil du temps les plus puissants du marché. Apple semble donc vouloir relever ce défi qui s’annonce d’autant plus difficile que la 5G va prochainement devenir une réalité palpable du côté des opérateurs.