Alphabet donne naissance à une start-up qui veut révolutionner le stockage de l'énergie

Le projet Malta aboutit à la création d’une entreprise indépendante dans laquelle tout le gratin de la Silicon Valley investit. Elle promet d’améliorer le stockage des énergies renouvelables.
Energie verte, éolienne
Pixabay

Le projet Malta n’était au départ que l’un des nombreux défis du labo X d’Alphabet, avec pour objectif de récupérer, stocker et restituer de l’énergie renouvelable grâce à des matériaux abondants et bon marché comme le sel, l’antigel ou encore l’acier. Il aboutit aujourd’hui à la création de la très sérieuse société Malta, qui vient de lever 26 millions de dollars auprès de nombreux investisseurs phares de la high-tech parmi lesquels Jeff Bezos, Bill Gates ou Masayoshi Son (fondateur de Softbank). Elle est désormais indépendante d’Alphabet et projette de construire une petite centrale électrique pilote avec de grandes cuves qui constitueraient les réservoirs et seraient reliées à une pompe à chaleur. Ce site pourrait être installé n’importe où dans le monde.

De quoi faciliter enfin le développement des énergies renouvelables

L’idée est de collecter l’électricité excédentaire produite à partir de sources renouvelables (vent, soleil) ou fossiles. Elle est alors convertie en énergie thermique grâce à une pompe à chaleur. Des flux d'air chauds sont stockés à haute température dans du sel fondu, et des flux d'air froids à basse température dans un liquide antigel. Le système pourrait conserver cette énergie pendant plusieurs jours, voire des semaines. Et pour la restituer lorsque des besoins se font à nouveau sentir, il suffit d’inverser le procédé. L'air chaud et froid activent alors des turbines pour produire à nouveau de l'électricité envoyée dans le réseau comme on peut le voir dans le GIF ci-dessous.

via GIPHY

Cela permettrait d’améliorer la stabilité et la résilience du réseau électrique, de manière moins coûteuse et plus efficace que les batteries lithium-ion.

« Le manque de solution fiable et abordable pour stocker l’énergie sur le réseau limite actuellement le passage au renouvelable. La technologie de Malta permet de stocker toute l’énergie créée à moindre coût et de manière fiable », déclare dans le communiqué de presse de lancement Raj Apte, le conseiller scientifique du labo X qui a supervisé le projet avant qu'il ne prenne son envol. Malta représente ainsi la promesse de booster les énergies renouvelables et donc de réduire les émissions de carbone pour lutter, in fine, contre le réchauffement climatique.