Facebook écoutait en douce les conversations des utilisateurs de Messenger

Des sous-traitants de l’entreprise vérifiaient que l’intelligence artificielle restituait de manière correcte les retranscriptions de chats vocaux. Facebook a annoncé mettre un terme à cette pratique.
Facebook Messenger
Facebook Messenger. Kralis Dambrans Flickr

Facebook payait ainsi des centaines de sous-traitants pour écouter ces extraits anonymisés et les retranscrire en version texte. Une manière de vérifier si l’intelligence artificielle de l’application de messagerie interprétait de manière appropriée ces conversations.

Facebook explique que cette pratique n’était effectuée que sur les comptes d’utilisateurs ayant choisi d’activer l’option permettant de retranscrire par écrit leurs chats vocaux. Les personnes chargées de ces tâches n’étaient pas des employés de Facebook, mais des contractuels payés pour l’occasion.

Un système mis en place aussi chez d'autres sociétés

Facebook n’est pas la première société à pratiquer ce genre d’écoute par des humains. Depuis le mois d’avril, Amazon, Google, Apple et Microsoft ont ainsi confirmé faire écouter par leurs sous-traitants des conversations audio. Ce procédé leur permet de vérifier et d’entraîner les intelligences artificielles de leurs assistants vocaux.

Sauf que les utilisateurs n’avaient jamais été prévenus qu’un humain pouvait écouter leurs conversations. Ce système est d’autant plus gênant que certaines d’entre elles étaient extraites de consultations médicales, de discussions d’affaires confidentielles ou encore d’ébats sexuels. Depuis, les sociétés incriminées ont annoncé mettre un terme temporaire ou définitif à cette pratique.

Source : Bloomberg