Apple part en guerre contre les applications espionnes sur son App Store

Les développeurs de l’App Store sont sommés de recueillir le consentement explicite des utilisateurs pour enregistrer leurs activités. S’ils n'obtempèrent pas, ils seront exclus.
Apple
Philippe HUGUEN / AFP

C’est le grand ménage de printemps avant l’heure dans l’App Store. Après avoir tancé Facebook et Google qui ne respectaient pas les règles de confidentialité de son catalogue d’applications, Apple commence à mettre en garde tous les développeurs depuis la fin de la semaine dernière, d'après TechCrunch.
Soit ils annoncent clairement aux utilisateurs qu’ils pistent leurs interactions et demandent pour cela leur consentement explicite, soit ils modifient le code de leurs applications. S’ils s’entêtent, ils sont bannis. Et visiblement l'ultimatum est court. Ils ont en général une journée pour obtempérer.

« La protection de la confidentialité des utilisateurs est primordiale dans l'écosystème Apple. Nos consignes de révision de l'App Store exigent que les applications demandent le consentement explicite de l'utilisateur et fournissent une indication visuelle claire lors de l'enregistrement, de la consignation ou de l'enregistrement des activités de l'utilisateur », a déclaré un porte-parole d’Apple.

Le scandale Glassbox

Cela fait suite à une enquête de TechCrunch qui a révélé que de gros acteurs comme Expedia ou Hotels.com utilisaient un outil d'analyse tiers. Le logiciel Glassbox permet, par exemple, d'enregistrer chaque interaction d'un internaute dans une application mobile afin de mieux appréhender son comportement et d'améliorer ensuite la plate-forme. Le problème, c’est que ce système réalise des captures d’écrans de ce que font les clients sans les en avertir. De plus, ces captures circulent en affichant de façon non masquée des données sensibles comme les numéros de carte bleue. Cela aboutit non seulement à voler ces informations mais aussi à les exposer à de potentiels tiers malfaisants.

Glassbox est également disponible pour les développeurs d'applications Android. Mais Google n'a pas encore précisé si les captures d'écran seraient  proscrites des applications présentes sur le Play Store.