Osmo Action : DJI attaque GoPro sur son terrain

Non content d’avoir repoussé l’attaque de GoPro sur le marché des drones, DJI riposte en allant chercher l’américain sur son terrain de prédilection : la caméra d’action.

C’était un secret de polichinelle depuis le teasing à peine voilé de DJI et les révélations de nos confrères de Photorumors. Le papa du Mavic a décidé de s’attaquer au marché des action-cams. Un segment outrageusement dominé par GoPro et son emblématique Hero7 Black. C’est précisément ce modèle, véritable référence de la catégorie, auquel s’attaque le spécialiste du drone, en dévoilant son Osmo Action.

Double écran et bague optique pour faire la différence

L’Osmo Action reprend les formes caractéristiques de l’action-cam selon GoPro mais intègre un second écran de contrôle en façade. Il vient compléter un écran principal assez classique de 2,25 pouces dont la principale qualité semble être la luminosité (750 cd/m²). Cet écran de contrôle frontal de 1,4 pouces facilite la pratique du vlog et la prise de selfies. Surtout, il s’agit là du principal point différenciant entre DJI et GoPro, car le reste, du moins sur le papier, est très proche de ce que propose la Hero7 Black.

Le bloc optique est composé d’un capteur 12 mégapixels au format 1/2.3’’ (le IMX 377 de Sony). Celui-ci ouvre à f/2.8 avec un angle de 145°. Il est complété par une lentille asphérique à trois verres qui permet de lisser les effets de déformation propres aux action-cams. C’est à la partie optique que DJI a réservé sa seconde fonctionnalité majeure : une bague dévissable qui permet d’utiliser des compléments optiques interchangeables. D’ailleurs, le constructeur chinois profite de ce lancement pour annoncer l’arrivée prochaine d’une offre de filtres ND (ND4, ND8, ND16 et ND32) pour limiter la quantité de lumière qui entre dans l'optique, de filtres polarisants et de filtres de plongée. Bien sûr, des constructeurs tiers pourront également se joindre à la fête.

DJI met en avant sa stabilisation

Sur la qualité d’image, la promesse de l’Osmo Action est simple : des vidéos 4K/60 ips à 100Mbit/s. Mais c’est bien grâce à la stabilisation largement éprouvée sur sa gamme de drones ou sur l’Osmo Pocket que DJI va tenter de convaincre. Sur cette action-cam, cette technologie s’appelle Rocksteady et après quelques minutes d’essai, elle nous parait très prometteuse. Bien évidemment, les fonctionnalités classiques de type « ralenti », « Timelapse » sont de la partie tout comme un mode pro permettant de régler quelques paramètres. 

L’écosystème GoPro en attendant les accessoires maison

L’Osmo Action est étanche jusqu’à 11 mètres de profondeur (sans boitier) et résistante à la poussière ainsi qu’aux faibles températures (jusqu’à -10°C). Comme la Hero7, elle obéit à quelques commandes vocales (en anglais et en chinois pour le moment) grâce à deux micros situés sur le côté et en dessous. Enfin, DJI n’a pas tenté le diable et a opté pour la simplicité en intégrant l’écosystème GoPro. L’Osmo Action est donc déjà compatible avec une large gamme d’accessoires. C’est d’autant plus appréciable que son bundle de base est relativement pauvre puisqu’il se résume au boîtier de protection et à une fixation adhésive. L’Osmo Action sera disponible dès aujourd’hui, sur le site de DJI, à 379 €.