EN VIDEO - 3 bonnes (et un mauvaise) raisons de jouer à "Star Wars Battlefront II"

L'un des jeux les plus attendus de l'année a enfin pointé le bout de son nez interstellaire. Mais pourquoi faut-il s'embarquer?
EA

Vers l'infini et au-delà: ce Star Wars Battlefront II est beau comme un X-Wing. Et EA sait comment faire plaisir aux amateurs de l'univers de George Lucas. 

Dans ce nouvel opus, les joueurs pourront s’immerger dans un jeu trois fois plus vaste que son prédécesseur avec plus de héros, de lieux et de véhicules issus de toutes les époques des films, une personnalisation et une progression approfondies, ainsi que des batailles spatiales "vitesse lumière". Tout cela dans une toute nouvelle campagne solo, où l'on incarne Iden Versio, cheffe de l'escouade Inferno, unité d'élite des forces spéciales de l'Empire. Et où les sacro-saints rebelles passent donc pour des dangereux terroristes. Le mode campagne offre une nouvelle histoire inédite et adopte le point de vue d’un nouveau héros. En plus d’arpenter des endroits emblématiques issus des films, les joueurs découvriront de nouveaux lieux dont Pillio, le monde corail, et Vardos, la planète d’origine d’Iden.

Si le mode de combat au sol est très efficace - c'est beau à voir, c'est chaud pour rester en un seul morceau -, le jeu nous offre également la possibilité d'enfiler notre plus beau casque et d'embarquer pour une combat dans les airs. Impressionnant.

Quand on aime Star Wars, ce scénario est, pour le moins déroutant. Dans Star Wars Battlefront II, oubliez donc les Jedi, la Force, le Côté obscur, le Bien, le Mal. Dans ce tout nouveau mode multijoueur en ligne, couronné du Game Critics Award, le jeu permet d’incarner ou d’affronter les méchants les plus impitoyables et les héros les plus adulés de l’univers Star Wars. Un exemple? Voici donc Dark Maul, Kylo Ren, Rey, Yoda. 

Et nouveauté parmi les nouveautés, depuis la sortie tant attendue au cinéma des Derniers Jedi, ce mercredi 13 décembre, voici donc disponible - gratuitement - la saison Les Derniers Jedi avec l'arrivée de Finn et de capitaine Phasma.

Selon EA, il existe donc six modes multijoueur différents (combats spatiaux, assaut galactique, Frappe, escarmouche, affrontement héroïque et arcade), une vaste sélection de véhicules et d’armes personnalisables, ainsi que de tout nouveaux lieux comme la jungle de Yavin 4, l’usine de clonage de Kamino, ou encore les forêts de Kashyyyk peuplées de Wookiees. On a rarement vu mieux dans la galaxie.

Autre point fort - mais pas tout à fait volontaire -, après le bad buzz massif, EA a annoncé, à quelques heures seulement du lancement du jeu, que le système de déblocage des héros dans Star Wars: Battlefront II était finalement retardé. En effet, l'idée de départ était d’accélérer la possibilité de débloquer de nouveaux personnages à jouer (comme Dark Vador) en faisant payer les plus pressés. 

Problème: les premiers gamers ont souligné que les crédits pour justement débloquer ces bonus étaient particulièrement fastidieux, réclamant des heures et des heures de gameplay. Une bonne nouvelle donc... pour tout le monde et notre carte bancaire.

Seul regret: si une multitude de personnages est jouable avec un plaisir (pas tout à fait avouable surtout pour les grands vilains de la saga), il en manque certains. Et surtout un, en réalité:le Porg, la nouvelle star du Star Wars 8, les Derniers Jedi.

De quoi crier de rage. Mais c'est bien connu, dans l'espace, personne ne vous entend... 

A moins que ce soit pour le prochain Battlefront