Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine

La rédaction vous propose sa sélection hebdomadaire de nouveaux logiciels, applications et mises à jour. Au programme de l'édition du 17 février 2017 : Pokémon GO, CCleaner, Zorin OS, Gladiabots, Shadowblood....

1. Pokémon GO

Il aura fallu que Pokémon GO perde des millions de joueurs pour que Niantic Lab se réveille enfin. Disponible cette semaine, la première vraie grosse mise à jour du jeu annonce l’arrivée de quelques 80 nouveaux Pokémon issus des volets Or et Argent. Fouinette, Hoothoot, Natu et Cornèbre sont autant de créatures inédites que vous pouvez désormais capturer au coin de la rue, promesses de traques dynamisées par un regain d’intérêt certain.

Les mises à jour 0.57.2 sur Android et 1.27.2 sur iPhone / iPad dévoilent d’autres agréables surprises en marge du déploiement de la deuxième génération. Des évolutions nouvelles sont à prévoir pour certains Pokémon de la première génération. Contre quelques bonbons et des items spéciaux obtenus grâce aux PokéStops, votre Porygon se mue en Porygon2, votre Têtarte en Tarpaud, et votre Ortide en Joliflor.

D’autres créatures accueillent des évolutions qui leur étaient jusqu’ici fermées comme Nosferalto, évolution maximale de Nosferapti, aujourd’hui capable de muter en Nostenfer. Evoli n’échappe pas non plus à la multiplication des transformations. S’il pouvait jusqu’à présent évoluer en Voltali, Aquali et Pyroli, deux métamorphoses supplémentaires lui offrent de devenir Mentali ou Noctali. La transformation est aléatoire, mais vous pouvez l’orienter en renommant votre Pokémon d’après leurs dresseuses : Sakura pour Mentali et Tamao pour Noctali.

La nouvelle version de Pokémon GO présente enfin quelques améliorations d’interface avec un sélecteur de baies et de Poké Balls mieux arrangé sur l’écran de capture.

2. CCleaner

CCleaner, le logiciel de nettoyage et d’optimisation de Piriform, vient d’être mis à jour. Passé en version 5.27, l’utilitaire voit son module de nettoyage d’historique amélioré pour Firefox et Google Chrome. Les utilisateurs d’Opera dans sa version Beta profitent eux aussi de l’amélioration du programme tandis que le support de CCleaner sous Windows 10 est maintenant plus stable.

Le module de désinstallation d’applications intégré à CCleaner a par ailleurs été optimisé, tandis que les développeurs ont travaillé sur le rafraichissement de l’architecture interne du programme. Pour le reste, CCleaner 5.27 inaugure le support du nettoyage pour le lecteur de fichiers PDF Foxit Reader 8.0.

3. SessionBox

Si vous faites partie de ceux qui cherchent un moyen efficace vous permettant de vous connecter à deux comptes différents sur un même site, SessionBox devrait particulièrement vous intéresser. Cette extension pour navigateur, disponible sur Chrome et Firefox, offre un moyen de vous connecter à deux sessions différentes sur un même site, sans avoir à changer de navigateur web, ou à ouvrir une nouvelle fenêtre de navigation privée.

Une fois installée, l’application gère d’elle-même les différentes sessions auxquelles vous êtes connecté, en toute transparence. Vous pouvez ainsi vous connecter à tous vos comptes (Facebook, Twitter, email, etc.) depuis le même navigateur web, sans avoir à saisir à chaque fois vos identifiants et mots de passe. SessionBox vous permet en outre de synchroniser vos différentes sessions ouvertes sur tous les appareils sur lesquels vous utilisez l’extension, après bien sûr avoir créé un compte SessionBox.

4. Notepad++

Notepad++, le célèbre éditeur de code open source qui intègre des fonctions très appréciées des développeurs comme le support de la coloration syntaxique, ou encore la mise en relief du texte en fonction du langage de programmation utilisé, vient d’être mis à jour en version 7.3.2. Ce rafraichissement a permis à son auteur de corriger plusieurs bogues dont un particulièrement ennuyeux qui conduisait le programme à crasher lorsque l’éditeur était en mode colonne.

Cette nouvelle mouture a aussi saisi l’occasion d’améliorer la commande d’ouverture de fichier qui permet désormais d’ouvrir un fichier depuis la zone d’édition sans avoir à saisir la totalité du chemin d’accès. Enfin, Notepad++ 7.3.2 inaugure le support du langage de programmation BaanC, et vient corriger plusieurs bogues mineurs.

5. Zorin OS

Zorin OS est une distribution Linux basée sur Ubuntu faisant la promesse de remplacer votre système d’exploitation actuel par un OS rapide, puissant et sécurisé, sans pour autant changer les habitudes d’utilisation que vous auriez pu acquérir sous Windows ou macOS.

Le principal atout de cette distribution Linux pour vous faire oublier votre système actuel est sans nul doute son environnement de bureau parfaitement léché qui reprend les codes des interfaces de Windows et de macOS pour ne pas chambouler vos réflexes. Les menus de navigation et le système de fenêtrage proposé vous plonge dans un environnement familier que vous n’aurez pas de mal maîtriser et qui est fonctionnel immédiatement.

L’OS intègre par ailleurs nativement un certain nombre de logiciels pour vos tâches courantes (LibreOffice, GIMP, Chromium, etc.) et vous offre la possibilité d’en télécharger d’autres depuis un store intégré. Notez par ailleurs que Zorin OS est aussi capable d’exécuter des applications Windows en utilisant l’environnement d’exécution Wine intégré à l’OS, et disponible sous le nom de PlayOnLinux.

6. Glary Utilities

Glary Utilities, le programme de diagnostic, de réparation et d’optimisation du système pour Windows passe en version 5.69. Cette nouvelle mouture vient améliorer le module de nettoyage de disque qui supporte deux nouveaux logiciels, Ventrilo Client, un programme de VoIP, et Download Accelerator Plus, un gestionnaire de téléchargements.

Ce rafraichissement est aussi l’occasion d’optimiser les performances du nettoyeur de traces qui supporte de nouveaux programmes, mais aussi d’améliorer le module de recherche rapide. Le reste des nouveautés se concentre dans la correction de bogues mineurs, et dans l’amélioration de quelques éléments de l’interface du logiciel.

7. Ooniprobe

Travaillant depuis quelques années sur OONI (Open Observatory of Network Interference), les membres du projet Tor ont tout récemment porté leur service sur iOS et Android avec Ooniprobe.

Open source, Ooniprobe se donne pour mission de révéler les réseaux surveillés et censurés, en plus de jauger leur qualité et leurs performances. Dans cette optique, l’application propose trois types de tests à lancer sur votre appareil mobile en tapotant sur un simple bouton.

Le premier, intitulé Web Connectivity, tente de se connecter à plusieurs sites Internet et signale ceux qui sont bloqués. En sus de cette information, Ooniprobe détermine si le blocage intervient au niveau DNS, TCP/IP, ou s’il est dû à la mise en place d’un proxy HTTP. 

Un deuxième test révèle la présence de middle boxes, des composants réseau auteurs de manipulation, surveillance ou censure du trafic Internet. Les résultats doivent être scrupuleusement analysés et interprétés avec précaution dans la mesure où certains opérateurs recourent à des proxys pour faciliter la mise en cache et non pour manipuler le trafic.

Le troisième test proposé par Ooniprobe est plus conventionnel. L’outil de diagnostic analyse la qualité de votre connexion en étudiant les vitesses d’émission et de téléchargement des données. Une manière de révéler les réseaux bridés en cas de doute sur l’indépendance et la transparence des FAI.

8. Curse

Rachetée par Twitch en août dernier, Curse est une plateforme de communication conçue pour les gamers agacés des trop nombreuses latences liées à Skype. Très peu gourmand en ressources, le service s’adresse en particulier aux joueurs de League of Legends, Counter Strike, Overwatch, World of Warcraft ou Smite pour qui la réactivité des actions menées est plus qu’indispensable.

Avec son concept articulé autour de l’efficacité, Curse centralise l’ensemble des éléments dont vous avez besoin pour jouer dans de bonnes conditions : jeux préférés, amis, coéquipiers et communautés. L’objectif final vise à faciliter la communication entre les participants, qu’ils se connaissent ou non.

Comme pour Skype, Curse intègre une messagerie instantanée pour discuter en temps réel avec les autres joueurs. Simplifiant les échanges au cours d’une partie, le programme embarque bien évidemment un module de VoIP, autorisant les conversations vocales lorsque vous mains sont occupées à jongler entre le clavier et la souris.

En accord avec son rachat par Twitch, Curse dispose également d’un outil pensé pour les streamers. On y retrouve toutes les fonctionnalités attendues de ce type de service comme les sondages, les giveaways et les statistiques détaillées. La synchronisation avec un compte Twitch est instantanée, autorisant le rapatriement de vos abonnés, modérateurs et viewers sur votre serveur de communauté.

9. Gladiabots

Fièrement arrivé dans le top 10 des meilleurs jeux mobiles indépendants aux Google Play Indie Games Contest 2017, Gladiabots surprend tant par la finesse de ses graphismes que par l’originalité de son concept.

Développé par le français Sébastien Dubois, Gladiabots vous propose de programmer l’intelligence artificielle de toute une armée de robots-gladiateurs, puis de combattre des joueurs à travers le monde entier.

Actuellement en version Alpha, Gladiabots a déjà tout d’un grand. Un mode solo distribue des missions à ceux qui préfèrent jouer en local. En multi, vous affrontez les IA développées par d’autres joueurs de la communauté. L’occasion d’observer ce que font vos adversaires pour mettre le doigt sur ce que vous devez améliorer, le but étant d’apprendre à vos robots la meilleure manière possible de défaire un adversaire. Les choses se corsent en fonction des comportements adoptés par vos ennemis, ce qui vous pousse à créer une IA à la fois précise et flexible, complexe et modulable.

10. Shadowblood

Officiellement disponible sur les stores français depuis cette semaine, Shadowblood entend bien renouveler l’expérience RPG sur mobile avec un titre saisissant qui n’est pas sans rappeler le mythique Diablo de Blizzard.

Développé par le studio coréen UTPlus Interactive, Shadowblood vous plonge dans un univers fantastique en 3D isométrique. Vous commencez par choisir votre personnage parmi les trois classes disponibles, à savoir Assassin, Archer et Berserk. Vous menez ensuite une campagne solo pour sauver le pays de Narr des griffes d’Arcand, dragon malveillant.

Shadowblood est avant tout un jeu de rôle et n’oublie pas de mettre en relief l’importance de gagner des points d’expérience pour monter en niveau. Au cours de vos missions, vous lootez un certains nombres d’items (or, tenues, armes, orbes) que vous utilisez pour améliorer votre jeu global. Les équipements peuvent être améliorés au fil de l’aventure, renforçant vos capacités d’attaque et de défense, vous aidant à progresser toujours plus.

Votre périple est évidemment soumis à d’intenses scènes de combats durant lesquelles vous affrontez de viles créatures en temps réel. Sur le modèle du hack’n’slash, vous devez vous défaire de hordes de monstres qui vous tombent dessus, souvent soutenus par un mini-boss à abattre pour mettre fin aux vagues d’assauts.