Une fausse vidéo deepfake de Mark Zuckerberg publiée sur Instagram embarrasse le réseau social

Instagram pourrait-il être tenté de supprimer cette vidéo où un faux Zuckerberg très crédible raconte n’importe quoi ? Le réseau social assure que non.

« Imaginez ceci pendant une seconde : un homme, avec le contrôle total des données volées à des milliards de personnes, tous leurs secrets, leur vie, leur avenir. Je dois tout cela à Spectre. Spectre m'a montré que celui qui contrôle les données contrôle l'avenir. »

Cette déclaration de Mark Zuckerberg a été publiée dans une vidéo sur Instagram. Elle pourrait faire froid dans le dos si elle était réelle, mais elle n’est que le fruit que de l'usage malin d'une intelligence artificielle. 

Une œuvre artistique

Elle est en effet la création des artistes Bill Posters et Daniel Howe en association avec l’agence de publicité Canny. Elle fait appel au « deepfake », une technologie qui progresse à grande vitesse, comme l’ont montré les derniers travaux des chercheurs des universités Princeton et Stanford aux Etats-Unis. Cette vidéo détourne une interview de 2017 portant sur la possible interférence russe sur l’élection présidentielle américaine.

Posters, Howe et Canny n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils avaient déjà publié des vidéos deepfake de Donald Trump et Kim Kardashian.

Quel comportement pour Instagram ?

Mais dans la situation de la vidéo de Mark Zuckerberg, le problème est double. Non seulement la vidéo lui fait tenir des propos faux (heureusement assez absurdes pour ne pas être pris au sérieux), mais elle est publiée sur Instagram. Ce réseau social appartient à Facebook et est donc dirigé également par Zuckerberg.

La tentation pourrait être forte pour Instagram de supprimer la vidéo sans aucune sommation. « Nous traiterons ce contenu de la même manière que nous traitons toutes les informations erronées sur Instagram, a toutefois déclaré un porte-parole d'Instagram à Motherboard. Si des vérificateurs d’information tiers indiquent qu'il est faux, nous le filtrerons dans notre rubrique de recommandation Explorer et les pages des hashtags associés ».

Instagram a bien compris qu’un passe-droit appliqué au contenu qui touche de près son entreprise ne serait pas équitable par rapport aux autres fausses informations qui circulent sur son réseau. Il serait surtout catastrophique en matière d’image de marque.

Source : Motherboard