Tim Cook réclame une loi pour la protection des données personnelles

Le patron d’Apple signe une tribune où il demande aux législateurs américains de voter une loi en faveur de la protection des données. Cela lui permet aussi d’aborder son sujet favori pour parler d’autre chose que les ventes d’iPhone.
Tim Cook lors de son intervention devant le Parlement européen à Bruxelles en octobre 2018. Aris Oikonomou / AFP

Une manière de détourner l’attention des ventes décevantes d’iPhone ? Dans une tribune publiée par Time ce 17 janvier, le PDG d’Apple plaide une nouvelle fois en faveur de la protection des données personnelles.

Il estimait jusqu'à maintenant que c’était d’abord aux sociétés technologiques de faire en sorte d’en collecter le moins possible et de ne pas les utiliser commercialement – un credo qu’Apple tente d’appliquer le mieux possible, en en faisant même un argument de vente. Tim Cook va désormais plus loin qu’à son habitude.

Un RGPD américain ?

Il estime qu’une nouvelle loi pourrait donner la possibilité aux consommateurs de gérer leurs données en ligne, leur permettant de les modifier ou les effacer. « Une loi fédérale sur le respect de la vie privée balayant large ne devrait pas seulement viser à donner la maîtrise de ses données au consommateur, mais aussi mettre en lumière ceux qui vendent vos données en cachette », argumente Tim Cook.

D’après lui, c’est à la FTC (l’autorité chargée de la protection des consommateurs) de mettre en place une plateforme d'échange de données. Les entreprises qui désirent en faire commerce devraient s’y enregistrer pour permettre aux utilisateurs de suivre les transactions. Ils auraient aussi la possibilité de « les effacer à la demande, gratuitement, facilement, en ligne et une fois pour toute ».

« Les consommateurs ne devraient pas avoir à supporter plus longtemps les entreprises qui amassent de manière irresponsable les profils des usagers, les fuites de données qui semblent hors de tout contrôle et notre incapacité grandissante à contrôler nos vies numériques », détaille le patron d’Apple.

Google et Facebook premiers visés

La publicité affichée par Apple durant le CES 2019 à Las Vegas. Glenn CHAPMAN / AFP

Tim Cook vise là évidemment Google et plus encore Facebook qui connaît des difficultés dans le domaine depuis l’année dernière et l’affaire Cambridge Analytica. Comme un pied de nez à ses concurrents, Apple avait déployé une publicité bien visible lors du dernier CES mentionnant « Ce qui se passe dans votre iPhone reste dans votre iPhone » en référence au proverbe « Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas ».

Cette tribune est aussi un moyen pour Apple de reprendre la main sur son agenda, après l’avertissement sur ses résultats rendu public le 2 janvier dernier. L’iPhone s’est moins bien vendu que prévu lors du dernier trimestre 2018. Apple espère que mettre à nouveau en avant les moyens que la société se donne pour protéger la vie privée de ses clients, peut convaincre les déçus d’Android.