En 2018, Google a supprimé 2,3 milliards de publicités douteuses

Google a éliminé 2,3 milliards de « bad ads » en 2018. Un chiffre en diminution de 28% par rapport à l'année précédente, qui témoigne d'une éradication plus ciblée de la part de la firme américaine.

L’info

2,3 milliards. C’est le nombre de publicités douteuses que Google revendique avoir supprimé en 2018. Soit 100 par seconde. Les publicités sont supprimées quand elles violent les conditions de vente de Google Ads. Dans sa mise à jour annuelle, le géant américain se félicite d’une réduction de 28% d’élimination par rapport à 2017.

Ce que ça implique

Pour cela, la firme s’est attaquée à la « racine » du problème en supprimant 1,5 millions d’applications et 28 millions de pages. Outre ce nettoyage, Google a bloqué 1 million de comptes véreux (« bad accounts » en anglais) « potentiellement responsables de milliers de publicités douteuses », a déclaré un porte-parole de Google à TechCrunch.

En outre, l'entreprise a annoncé l’embauche d’un nouveau « Ad Policy Manager » (manager spécialisé des conditions publicitaires), en avril 2019, pour aider les entreprises qui veulent diffuser leurs publicités.

Le contexte

Depuis son début du « combat » contre les « bad ads » il y a quinze ans contre les logiciels malveillants, les spams et les fraudes, c'est la première fois que Google en supprime « autant » et à « une telle vitesse », a écrit Scott Spencer, l'un des patrons de la division Google Ads.

Source
TechCrunch