Dupont-Aignan, Guaino, Ménard: quand les politiques claquent la porte des plateaux télé

Vexé de ne pas avoir été invité au débat de TF1, ce lundi en prime-time, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) a quitté le plateau du 20 heures de TF1, sans avoir répondu à la moindre question sur son programme électoral. Avant lui, d'autres représentants politiques ont laissé éclater leur colère dans des émissions télévisées.

Nicolas Dupont-Aignan ne décolère pas: l'élu de droite n'a pas été convié au débat de ce lundi soir sur TF1. La raison: il n'est pas suffisamment favori des sondages. Très remonté contre la chaîne, il a organisé un départ en furie du plateau du 20 heures pour protester contre cette décision qu'il juge anti-démocratique.

Lorsque le coup est monté, quitter avec perte et fracas un plateau est un bon moyen de susciter l'attention médiatique et se créer un buzz pour pas cher. A l'inverse, certains hommes politiques sont amenés à perdre complètement leurs nerfs et claquer furieusement la porte du plateau. Retour sur ces interviews à peine croyables où les invités ont tourné les talons.

Nicolas Dupont-Aignan au 20 heures de TF1

Le candidat (Debout la France) à l'élection présidentielle ne participera pas au débat de TF1 de ce lundi soir. La chaîne a décidé d'inviter les cinq plus "gros" candidats des sondages et le maire de Yerres (Essonne) n'a pas été retenu. "NDA" a déposé - sans succès - deux recours auprès du CSA et du Conseil d'Etat, pour faire invalider ce "viol" démocratique (selon ses propres mots). 

En guise de protestation, le prétendant à l'Elysée a mis en scène son départ du plateau du 20 heures de TF1. La chaîne a réagi dans la foulée, rappelant dans un communiqué que la plus haute juridiction administrative (le Conseil d'Etat) avait débouté le plaignant et regrettant que celui-ci ne prenne "en otage" les téléspectateurs pour une rancœur personnelle. Le diffuseur note également que l'élu de la République ne semble pas vouloir respecter la décision des deux autorités compétentes, un comble pour un diplômé de la plus haute école d’administration (l'ENA).

Lire aussi > Furieux contre TF1, Dupont-Aignan quitte en direct le plateau du JT

Robert Ménard dans "Salut les Terriens" sur C8

C'est peu dire si le maire de Béziers n'a pas goûté à l'humour de Tom Villa, jeune trublion du talk-show de Thierry Ardisson. En promotion pour son Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir, Robert Ménard a fait l'objet d'un portrait grinçant lors du billet d'humeur du comique, en novembre dernier. L'humoriste s'est moqué des habitants de Béziers avant de comparer l'invité au dictateur allemand Adolf Hitler. 

Un début de chronique qui a enragé l'édile, bien décidé à quitter sur-le-champ le plateau, malgré les rappels de l'animateur. La guéguerre s'est poursuivie en coulisses par un échange de tweets acerbes. Robert Ménard a partagé sur Twitter un enregistrement d'un message vocal de Thierry Ardisson, dans lequel celui-ci lancé à Robert Ménard qu'il a "une  grosse tête de con". Le député et avocat Gilbert Collard, proche de Marine Le Pen, lui a par la suite apporté son soutien sur Twitter en indiquant "Bravo Robert, il faut savoir leur dire Merde".

Lire aussi > "Robert, t'es une grosse tête con": le message de Thierry Ardisson à Robert Ménard

Jean-Vincent Placé au "Supplément" de Canal+

Le sénateur EELV, invité sur le plateau de Maitena Biraben en avril 2014, n'a pas vraiment apprécié le reportage qui lui était consacré et notamment un passage précis où sont évoqués ses nombreux PV impayés. Dévoilée par Le Canard enchaîné, cette affaire remonte à 2010 et met en cause celui qui était alors conseiller régional de l'Île-de-France: ce dernier devait la modique somme de 18.000 euros pour des infractions au code de la route.

"Je me tire d'ailleurs, vous me faites chier", a-t-il lancé à l'issue du sujet. "Je n'ai pas du tout envie de faire des émissions de ce genre-là." Après 45 minutes de négociations, l'élu écologiste est finalement retourner s'asseoir à la condition que la chaîne cryptée ne diffuse pas l'extrait. Canal+ a quand même intégré le coup de colère dans son montage final. Il a par la suite indiqué sur Twitter être "écœuré" par une émission monté[e] à charge.

Lire aussi > Jean-Vincent Placé menace Canal+ de procès en diffamation

Henri Guaino à "C à Vous" sur France 5

En plein débat sur le mariage pour tous, en février 2014, le député UMP a eu maille à partir avec le socialiste Jean-Luc Romero, ouvertement gay. L'élu UMP, détracteur de la loi Taubira, a essuyé les réflexions acerbes du conseil régional d'Ile-de-France, qui affirmait qu'il était un "marginal de la politique". Alors que Patrick Cohen tentait d'apaiser les tensions, Henri Guaino a prétendu que le mariage pour tous allait remettre en cause l'équilibre de la filiation et de la généalogie.

En réaction, son interlocuteur a multiplié les piques à son encontre, répétant qu'il proférait des "bêtises", ce qui a eu le don d'agacer le député. Visiblement vexé, il s'est longuement justifié debout, face à l'équipe de chroniqueurs et de Jean-Luc Romero, sur les raisons de son refus de débattre. "Ce que vous faîtes est absolument inadmissible", a-t-il lancé avant de quitter le studio.

Lire aussi > VIDEO. Henri Guaino quitte en direct le plateau de C à Vous

Jean-Frédéric Poisson au "Grand Soir 3" sur France 3

Alors candidat aux primaires de la droite et du centre, le président du parti chrétien-démocrate a mis en scène son départ spectaculaire du plateau du Grand Soir 3, sur France 3, en novembre dernier. Selon lui, le député des Yvelines a fait l'objet d'un traitement médiatique "indigne" de la part du service public depuis le début de la campagne. Alors que l'interview débutait, l'élu a indiqué qu'il ne comptait pas répondre à la moindre question du journaliste.

Selon lui, les "gros" candidats percevraient une plus grande attention médiatique que les petits. A la suite du coup d'éclat, le candidat a twitté la séquence, visiblement très fier, tandis que Francis Letellier a indiqué à l'AFP qu'un reportage-portrait de trois minutes du député des Yvelines, successeur de Christine Boutin à la tête du PCD, avait été diffusé il y a quelques semaines, comme pour les autres candidats à la primaire. 

A lire aussi > Primaire: Poisson quitte le plateau de France 3 en pleine interview

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter