Accusation d’agression sexuelle dans Koh-Lanta: que dit la plaignante dans sa version?

La 19e saison de la télé-réalité aventure de TF1 a subitement été interrompue au 5e jour de tournage après les accusations d’une candidate à l’encontre d’un autre participant. Mais que dit la plaignante dans sa version des faits?

TF1

C’est désormais version contre version. Après la garde à vue lundi de l’agresseur présumé de Candide Renard, fille de l’entraîneur de foot et participante de la 19e saison de Koh-Lanta, l’enquête se poursuit. Eddy G., l’individu accusé par la jeune femme, nie les faits qui lui sont reprochés. Mais quels sont-ils? La radio RMC a pu prendre connaissance du déroulé des faits qui se seraient produits, selon la plaignante, dans la nuit du 4e au 5e jour de l’aventure.

Dans sa plainte, déposée dimanche 13 mai dès son arrivée en France, la jeune femme raconte que les candidats dormaient au sol et qu'Eddy G. avait pris l'habitude de s'allonger entre les filles "pour les réchauffer". Candide Renard affirme avoir été réveillée au cours de la nuit alors que l’homme était en train de l’embrasser et de la toucher sous ses vêtements. La jeune femme dit avoir repoussé à plusieurs reprises son agresseur et assure s’être confiée à d’autres candidats et des membres de l’équipe de tournage sur ce qu’il venait de se produire.

La production a agi "dans la précipitation"

En plus de l’agresseur présumé, cinq autres témoins, des candidats présents sur les lieux, ont été entendus par la police. "Aucun de ces cinq témoins ne confirme la version de la plaignante", assure Jérémie Assous, l’avocat du présumé agresseur. Pour lui, les accusations de la jeune femme ne tiennent pas: "des éléments objectifs" démontrent que la version de la plaignante "est inconciliable avec la réalité", a-t-il déclaré sur RMC.

>> A LIRE AUSSI - Arrêt de Koh-Lanta: pour Denis Brogniart "il n'y avait pas d'autre solution"

L’avocat regrette par ailleurs qu’Adventure Line, la société qui produit le programme phare de TF1, ait réagi aussi vite.

"Candide Renard porte plainte à la sortie de l'avion avec des membres de l'équipe de production et pas des avocats. La production avait un besoin impérieux d'une ouverture judiciaire puisqu'ils ont pris la décision d'arrêter le tournage. Ils ont entretenu le flou en parlant d'agression sexuelle. C'est une décision lourde de conséquences. Ils ont agi dans la précipitation."

>> A LIRE AUSSI - Koh-Lanta: pourquoi TF1 s'est précipité pour arrêter le tournage