Jennifer Beals: "Quand j’ai vu Taken, j’ai eu envie de devenir Liam Neeson!"

© Jeff Riedel/NBC

La star américaine joue dans l'adaptation télévisuelle de Taken, le film d'action avec Liam Neeson produit par Luc Besson. Le premier épisode de cette série d'action débarque sur SFR Play ce vendredi 10 mars. A l'occasion, SFR News s'est entretenu une dizaine de minutes avec Jennifer Beals. 

Votre personnage n’apparaît pas dans les films Taken. Pouvez-vous présenter votre personnage? 

Je joue Christina Hart, qui travaille pour le bureau du directeur du renseignement national. Je gère un groupe de Forces Spéciales. C'est moi qui recrute Bryan Mills. 

Vous jouez l’éminence grise, celle qui tire les ficelles dans l’ombre… Vous jouez rarement ce genre de rôle mystérieux. 

Elle peut être perçue ainsi, c’est vrai, mais pas complètement. C’est un leader fort, elle écoute les différentes points de vue des gens avec qui elle travaille. Si c’est elle qui prend les décisions en fin de compte, elle est très douée pour être à l’écoute des autres. Ce qui est indispensable lorsque l’on travaille dans le renseignement. C’est un fin stratège. 

Vous aimez jouer ce genre de rôle?  

J’aime jouer CE rôle! Elle est très mystérieuse et a beaucoup de secrets enfouis en elle. 

Dans le premier épisode, votre personnage est essentiellement assis dans une salle obscure. Va-t-il sortir sur le terrain? 

Oui, dans le deuxième épisode et vers la fin de la série. Mon personnage interagit surtout avec le Secrétaire à la Défense, le Président, les membres du Congrès. Je dois à la fois gérer l’équipe et en être la porte-parole dans le monde. Je dois m’occuper de la bureaucratie et de la réalité.

Vous allez faire des cascades? 

J’en ai réalisé quelques-unes. Mais pas comme Clive Standen [L'acteur principal de la série, NDLR], qui est un maître de cascades. 

Vous réalisez vos propres cascades? 

Oui, mais je ne fais pas de tonneaux avec une voiture! Je fais d’autres choses, plus simples. Je tire dans certaines scènes. Ce n’est pas si difficile. Je l’ai déjà fait avant. 

Dans la vraie vie? 

Oui. Je me suis rendue dans un stand de tir pour m’entraîner en vue d’un rôle. 

Vous jouez souvent des rôles où vous devez tirer?

Non, mais quand j’en joue un j’essaye de savoir ce que je fais. 

Vous travaillez beaucoup vos rôles en amont?

Oui, mais dans le cas de Taken, je n’ai pas eu beaucoup de temps de préparation. J’ai été engagée très tard dans la production. J’ai beaucoup lu, j’ai vu des documentaires, j’ai parlé avec des gens. Et puis il y a une partie intuitive, vous cherchez comment interpréter le personnage.

Quels genres de documentaires avez-vous regardé pour vous préparer? 

Beaucoup de documentaires sur le 11 septembre et la capture de Ben Laden. 

Vous aviez vu les films Taken

Je n’ai vu que le premier film, il y a longtemps, mais je l’ai beaucoup apprécié. Quand je l’ai vu, j’ai eu envie d’être Liam Neeson! J’ai même eu l’idée de développer une version féminine du film, mais d’autres projets sont arrivés et je n’ai pas eu le temps de développer celui-là. 

Aimez-vous les films d’action?

Uniquement lorsque les personnages sont au centre de l'action. La première fois que j'ai vu ça était dans Nikita [de Luc Besson, NDLR]. C'était incroyable, je n'en croyais mes yeux. Ça a complètement changé ma vision des films d'action et de la place des femmes dans les films d'action. Et Anne Parillaud est géniale dans Nikita.

Vous avez travaillé au début des années 1990 avec Claude Chabrol. Quels souvenirs avez-vous du tournage de Docteur M

Ça a été un vrai honneur de travailler avec lui. Et un plaisir. Il était très intelligent, très drôle et très malicieux. Il jouait souvent des tours aux autres comédiens. 

Vous avez aussi travaillé avec Nanni Moretti, un autre grand réalisateur, sur Journal intime

Ce qui est intéressant à propos de ce film est que Nanni cherchait du financement pour un autre projet. Il a donc tourné Journal intime à la place, qui était un petit projet personnel. Il m'a demandé de venir jouer un rôle, vous savez, pour le fun. Il m'a dit que mon salaire serait un bon repas! J'ai accepté. Sur le tournage, il m'a demandé d'improviser. Et juste avant de tourner la scène, il vient me voir pour me demander ce que j'allais dire. J'ai refusé! Il est très drôle. J'adore Nanni. C'était un très grand réalisateur. 

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter