Sony lâche le chanteur R. Kelly

Sony, maison de disque de R. Kelly, et le chanteur, accusé d'agression sexuelle,  ont décidé de mettre fin à leur contrat, révèle ce vendredi Billboard. 
R. Kelly à New York en 2015
R. Kelly à New York en 2015 AFP

R. Kelly et Sony, c'est fini. Selon le magazine Billboard, la major et le chanteur ont décidé de mettre fin au contrat qui les liait. Sony était la maison de disque du chanteur au début de sa carrière dans les années 1990. Depuis 2012, il est signé chez RCA Records, filiale de Sony. 

Le chanteur est dans le viseur de la justice américaine, depuis la diffusion, début janvier, d'un documentaire accablant, intitulé Surviving R. Kelly. Plusieurs femmes y accusent le chanteur d'avoir eu des relations sexuelles avec des jeunes filles de moins de 16 ans alors qu'il était lui-même majeur. 

Jeune fille de 14 ans

Le 16 janvier dernier, des activistes ont manifesté devant le siège de Sony à Manhattan, pour réclamer que la maison de disques rompe ses liens avec le chanteur. 

La chanteuse américaine Lady Gaga, tout comme la Canadienne Céline Dion ont toutes deux regretté publiquement avoir collaboré avec R. Kelly. Elles ont d'ailleurs demandé à ce que leurs duo soient retirées des plateformes de streaming et de téléchargement. 

Les premières accusations publiques visant R. Kelly remontent à près de 20 ans. Le chanteur et producteur de 52 ans, auteur du hit I Believe I Can Fly, avait été inculpé en 2002 pour avoir filmé des actes sexuels entre lui et une jeune fille de 14 ans, mais finalement acquitté en 2008.