Allumer le feu, Tennessee... L'histoire secrète des plus grands succès de Johnny Hallyday

Vous connaissez forcément ces mélodies et peut-être même leurs paroles. Découvrez la genèse des tubes de l'idole des jeunes. 
JOEL ROBINE / AFP

Noir c'est Noir, le rhythm'n'blues américain en héritage

Sortie en 1966, Noir c'est Noir est l'adaptation française de Black is Blacktube du groupe de rock espagnol Los Bravos. 

Comme l'explique Philippe Manœuvre au micro de BFMTV, Johnny Hallyday s'inspire du rhythm'n'blues américain et s'offre les services de sa figure tutélaire, Otis Redding. 

Les deux hommes passent une nuit en studio, pendant laquelle interprète de Sittin on the Dock of the Bay apprend au jeune Johnny Hallyday à placer sa voix comme les soulmen américains. Et si le résultat est si réussi, c'est peut-être que les paroles de Georges Aber collent parfaitement à ce que traverse Johnny à l'époque. 

Alors qu'il sort de studio, il apprend que Sylvie Vartan, qu'il a épousée il y a un an, lui demande le divorce. En outre, le fisc lui réclame de l'argent. Tant et si bien que quelques jours avant la sortie du 45 tours, Johnny tente de mettre fin à ses jours en avalant des barbituriques. Il devra suivre une cure de sommeil dans une clinique pour se remettre sur pieds.

► Quelque chose de Tennessee, ou quand Johnny se pique de littérature

On pourrait penser que ce titre évoque l'Etat du Sud des Etats-Unis, jadis peuplé par les Amérindiens et terre d'élection du country et du blues. Que nenni! Quelque chose de Tennessee, écrite par Michel Berger en 1985, rend hommage au dramaturge américain Tennesse Williams, auteur notamment d'Un tramway nommé Désir. 

La chanson s'ouvre sur la voix de Nathalie Baye, qui énonce la dernière tirade de la pièce, La Chatte sur un toit brûlant: "Ah, vous autres, hommes faibles et merveilleux, qui mettez tant de grâce à vous retirer du jeu! Il faut qu'une main, posée sur votre épaule, vous pousse vers la vie... Cette main tendre et légère...". 

Johnny reprendra cette chanson en 1988, lors du meeting de Jacques Chirac, alors candidat à la présidentielle, lançant: "Nous avons tous en nous quelque chose de Jacques Chirac". Pour le plus grand déplaisir de Michel Berger, lui, partisan de François Mitterrand...

Allumer le feu, un hymne écrit en 24 heures

C'est peut-être la chanson la plus épique du répertoire de Johnny. Allumer le feu naît en 1998, sous la plume de Zazie. "On est au mois d'août, il fait très orageux et très chaud. Il est 2h du matin, je suis chez moi seule et je m'ennuie. Le téléphone sonne", raconte la chanteuse au micro du Figaro

Au bout du fil, Pascal Obispo, qui lui demande d'écrire une chanson pour Johnny Hallyday. Un impératif: la chanson doit être prête pour... le lendemain, le chanteur ouvrant peu de temps après sa série de concerts au Stade de France. 

La chanteuse raconte alors s'être fait "une liste de mots un peu 'johnniesques': "foule en délire, étincelle, feu, tatouages, motos, guitares. Après j'ai joué un peu au puzzle". Deux mois plus tard, Zazie et Pascal Obispo seront dans la foule présente au stade de France pour acclamer l'idole des jeunes. 

Jésus Christ, ou le jour où le Vatican a voulu excommunier Johnny Hallyday

25 avril 1970. Un nouveau titre de l'idole des jeunes envahit les ondes. "Si [Jésus Christ] existe encore aujourd'hui / Il doit vivre aux États-Unis / Il doit jouer de la guitare / Et coucher sur les bancs des gares / Il doit fumer de la marijane / Avec un regard bleu qui plane". 

Une chanson, écrite par Philippe Labro et composée par Eddie Vartan, qui s'inscrit dans le contexte de l'époque, sur fond de contestation contre la guerre du Vietnam et de Flower Power. Mais dès sa sortie, le titre s'attire les foudres de l'Eglise catholique, choquée par les allusions à la drogue et au sexe (le fameux "Il aime les filles aux seins nus"). La radio déprogramme rapidement le titre. Certains magasins retirent le 45 tours des bacs. Labro participe à des débats avec des hauts dignitaires catholiques. 

Le Vatican entre dans la danse et menace d'excommunier le rockeur et son auteur. La polémique profitera finalement au chanteur. Malgré la censure, le titre se hisse dans les sommets du hit-parade, avec 580.000 exemplaires vendus.

Sang pour sang, de Sagan à David

L'idée d'une chanson sur les rapports entre Johnny et son fils naît de la rencontre entre le rockeur et Françoise Sagan, lors d'un dîner en 1996. L'auteure de Bonjour Tristesse envoie le soir même à Johnny les paroles d'un texte intitulé Quelques cris. Mais les mélodies proposés par ses compositeurs ne plaisent pas au chanteur. 

Jusqu'au jour où son fils essaie lui aussi de mettre en musique le texte de Sagan. C'est la révélation. S'ensuit un album entier composé par David. La chanson phare du disque, Sang pour Sang, paraîten 1999, sur un texte d'Eric Chemouny. 

Elle tient particulièrement à cœur à David, qui y voit l'exorcisme de sa relation tumultueuse avec son père: "Je savais que lui avait accumulé plein de squelettes dans le placard, des non-dits par rapport à moi, à ce qu'on a vécu ensemble ou plutôt à ce qu'on n'a pas vécu. Son absence et toutes ces choses qui le font souffrir. Je voulais qu'il assume tout ça. Je voulais que cette chanson soit l'expression d'une maturité", a-t-il notamment déclaré dans Johnny Hallyday mille et... une vie, de Rémi Bouet. 

Ce duo, père et fils l'incarneront régulièrement sur scène ou à la télévision.