Star Wars: Rogue One n'aura pas de générique déroulant

Texte déroulant imaginaire pour Rogue One Star Wars Intro Creator

La question taraudait les fans de la saga depuis de longs mois. La productrice Kathleen Kennedy a tranché.

“Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine..." Depuis 1977, chaque nouvelle aventure de Star Wars s’ouvre sur cette phrase, suivie d'un texte de couleur jaune défilant sur un fond noir étoilé. Un passage obligé, un symbole fort qui ne fera pas son apparition dans Rogue One, le prochain film dérivé de la saga, en salle le 14 décembre 2016. "Nous allons démarrer ce film de façon plus traditionnelle, simplement en affichant son titre", a confirmé Kathleen Kennedy, présidente de Lucasfilm et productrice des nouveaux épisodes de la série dans Variety.

En juin dernier, elle avait laissé sous-entendre dans une interview accordée au magazine américain Entertainment Weekly: “[Pour ces films dérivés de la saga], nous nous tournons délibérément vers des styles différents de réalisateurs pour que chacun de ces films ait un ton et un style très différents des films principaux de la saga [les épisodes 1 à 7]. Le générique déroulant [est] si lié à ces films que nous sommes actuellement en pleine discussion pour déterminer ce qui distinguera les films dérivés de ceux de la saga”. Des déclarations floues qui avaient, à l'époque, inquiété les fans de Star Wars.

Le débat anime la communauté des fans de Star Wars depuis plusieurs mois

Les réactions n'avaient alors pas tardé. Sur Screenrant, Chris Agar avait plaidé contre le générique déroulant. "Aussi blasphématoire que cela puisse paraître, je pense qu’il est préférable qu'il n'apparaisse pas dans Rogue One [...] Cela serait sans doute la manière la plus simple et la plus efficace d’indiquer aux spectateurs occasionnels que le film n'appartient pas à l’histoire principale qu’ils suivent depuis 40 ans". 

"Grave erreur", avait estimé de son côté Peter Sciretta de Slashfilm: "Je sais de quoi parle Rogue One. [Nos lecteurs] savent de quoi parle Rogue One. Mais de nombreux spectateurs qui ne lisent pas des blogs de cinéma ignore la chronologie. J’ai vu des gens sur Twitter confondre Felicity Jones [l’actrice principale de Rogue One] avec Daisy Ridley [l’actrice principale du Réveil de la Force] alors qu’elles ne se ressemblent pas du tout. [... ] J’ai parlé avec des fans absolus de Star Wars qui ignoraient s’il s’agissait de l’Etoile Noire d'Un Nouvel Espoir ou de l’Etoile de la mort du Retour du Jedi”.

Le générique déroulant est déjà utilisé dans plusieurs produits dérivés de Star Wars comme les romans, les jeux vidéo et la série Clone Wars. Selon Sean Hutchinson du site Inverse, celui-ci lui a “toujours semblé superflu dans ces cas-là, comme un lien un peu trop évident et paresseux à des films bien meilleurs et bien plus connus. [...] Rogue One est différent des films de la saga, et il devrait accepter cela. Il doit créer un précédent pour les films dérivés. [...] L'équipe de Rogue One devraient mettre au point leur propre iconographie au lieu de se reposer sur qui a été créé avant”. Dont acte. 

Présenté par la productrice Kathleen Kennedy comme un film de guerre, le film est réalisé par Gareth Edwards, auteur d'une récente relecture stylisée de Godzilla. D'après les premières images disponibles en ligne, le résultat s'annonce plus sombre et plus réaliste que les films imaginés jusque là par George Lucas puis J.J. Abrams. Et la présence au générique de la star hongkongaise Donnie Yen, expert d'arts martiaux, promet des séquences inédites dans l'histoire de la saga.

Star Wars s'ouvre à l'univers des arts martiaux avec la star hongkongaise Donnie Yen © Lucasfilm