Une marée noire menace les côtes françaises

Trois jours après l'incendie du navire italien "Grande America", des nappes d'hydrocarbures pourraient toucher le littoral français en fin de semaine, entre la Charente-Maritime et la Gironde.
Une marée noire menace les côtes françaises
BFMTV

Les côtes françaises sont en alerte. Mardi 12 mars dans l'après-midi, le navire italien "Grande America" a sombré au large de La Rochelle. À son bord se trouvaient 2.200 tonnes de fioul lourd. Si des opérations de dépollution ont été lancées, une nappe d'hydrocarbures a été repérée hier et elle pourrait polluer les sols français d'ici quelques jours. Le navire a sombré après qu'un incendie se soit déclaré dimanche dernier à l'avant de l'appareil. Les 26 marins présents à bord ont pu être sauvés sans incident, mais le feu n'a pas pu être maîtrisé et le bateau a fini par sombrer.

Pour éviter une marée noir, une course contre la montre a été engagée. Un navire anti-pollution parti de Brest ce jeudi 14 mars est attendu sur les lieux mais malheureusement, ce n'est plus qu'une question d'heures. Une nappe d'hydrocarbures a été observée en mer, entre la Charente-Maritime et la Gironde. Sur Franceinfo, François de Rugy, le ministre de la Transition écologique estime que des nappes d'hydrocarbures "pourraient toucher le littoral français vers dimanche soir ou lundi".

Actuellement, la nappe s'étend sur une dizaine de kilomètres de long et un kilomètre de large, "à plus de 200 km des côtes". Le ministre pense qu'il s'agit "très probablement du fioul de propulsion qui alimentait les moteurs de ce navire". "C’est du fioul lourd donc c’est un produit qui ne s’évapore pas, qui a tendance à constituer ces nappes visqueuses à la surface de la mer, qui peut aussi se transformer en boulettes de pétrole donc qui peuvent arriver sur les côtes", a-t-il conclu.

Des risques de pollution

France 3 Bretagne précise que le navire long de 214 mètres devait relier Hambourg à Casablanca. "Le navire de commerce italien transportait des voitures et autres véhicules dans ses garages et des conteneurs sur ses ponts supérieurs", décrit le média régional. Il transportait au total 2.000 véhicules : "365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses", précise le préfet maritime de l'Atlantique.

Ces produits pourraient causer une éventuelle pollution "très localisée" assure le vice-amiral d'escadre à BFMTV. "La dilution dans l'espace océanique n'entraînerait pas de conséquences graves pour l'environnement", a-t-il ajouté, en précisant qu'une grande partie des produits avaient vraisemblablement déjà brûlé.

L'association écologique Robin des bois a l'intention de porter plainte pour pollution et abandon de déchets auprès du tribunal de grande instance de Brest. "2000 véhicules, c'est une casse automobile au fond de la mer représentant des centaines de tonnes de matières toxiques dans une zone très riche en poissons, plancton et mammifères marins", s'est exclamé Jacky Bonnemains, porte-parole de l'ONG. Le procureur de la République a ouvert une enquête et l'armateur a été mis en demeure de "prendre toutes les mesures nécessaires pour concourir à la lutte contre les pollutions", a déclaré François de Rugy dans un communiqué.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable